• Compte Bancaire
    Jusqu'à 130€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    et d'un Livret jusqu'au 27 février 2017 :

       80€ offerts* pour votre Compte Bancaire
    + 50€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank
       *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 50€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/05/2017
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 27 février 2017
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    150€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 27 avril 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garantis en capital. 
    *Offre soumise à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 31 mars 2017 et 80€ offerts

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un compte-titres, 
    d'un PEA et/ou d'un PEA-PME jusqu'au 28 février 2017* 
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    80 € offerts *
    1 000 € de courtage remboursés *

    jusqu'au 31/03/2017 pour une 1ère ouverture
    ou transfert d'un compte-titres, d'un PEA
    et/ou d'un PEA-PME jusqu'au 28 février 2017

    *Offre soumise à conditions

  • Crédit conso
    2,90% TAEG fixe

    Exclusif : votre prêt personnel BforBank

    Offre valable du 13 février au 05 mars 2017, réservée aux clients BforBank, pour toute demande de prêt personnel de 10 001 à 75 000€ de 13 à 48 mois inclus.

    Vous remboursez 48 mensualités de 231,77€, hors assurance facultative. Le montant
    total dû est de 11 124,96€. Le taux Annuel Effectif Global (TAEG) fixe est de 2,90%.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

      En savoir plus

  • L'argent, on en parle

Sicav et fonds : les pièges à éviter

Les imprécisions dans les documents commerciaux et les dépliants de présentation des Sicav et des FCP peuvent tromper l'épargnant sur les véritables caractéristiques d'un placement.

Sicav et fonds : les pièges à éviter

Certaines pratiques commerciales consistent à donner une présentation déformée ou incomplète d'un produit financier dans l'objectif d'en favoriser la vente. Dans ce cas l'investisseur risque d'être induit en erreur. Il croit acquérir un placement " père de famille " et en réalité il a acheté un placement spéculatif.

L'autorité des Marchés Financiers (AMF) vient de remettre à jour son " Guide des bonnes pratiques pour la rédaction des documents commerciaux et la commercialisation des instruments financiers ".

Elle donne quelques exemples de mauvaises pratiques que les épargnants doivent absolument fuir : les documents d'information du fonds présentent un objectif de gestion ou un indicateur de référence et/ou une durée de placement recommandée différent(e) de celui/celle indiqué dans les documents réglementaires ,

la dénomination d'une Sicav comprend l'appellation " prudent ou sérénité " faisant croire qu'elle n'est pas risquée, alors que son exposition aux marchés actions est supérieure à 30% de son actif ,

le document commercial d'un fonds se présente comme suit : " Nom du fonds X% " alors que le taux affiché dans le nom du fonds n'est obtenu que dans des configurations de marché particulières et ne constitue pas une promesse de rendement ,

le document commercial d'un fonds présente un inconvénient sous la forme d'un avantage. Par exemple, si un fonds propose une performance finale de 10% sur un an lorsque l'indice CAC 40 enregistre une performance supérieure à 15% sur une période identique, il ne peut pas présenter l'objectif de performance de 10% comme un avantage dans sa communication commerciale ,

la présentation commerciale indique la performance d'un fonds en le comparant à un indicateur de référence calculé dividendes non réinvestis alors que la performance du fonds inclut ces dividendes.

En recensant quelques-unes des présentations mensongères les plus communes, l'AMF espère ainsi mettre en garde les épargnants contre ces pratiques mensongères.

Bernard LE COURT