• Compte Bancaire
    Jusqu'à 130€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    et d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016 :

       80€ offerts* pour votre Compte Bancaire
    + 50€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank
       *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 50€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/03/2017
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    100€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 16 janvier 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garantis en capital.
    *Offre soumises à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 31 janvier 2017

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un
    compte-titres, d'un PEA et/ou d'un
    PEA-PME jusqu'au 4 janvier 2017*
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    2 000 fonds
    Sans droits d'entrée

    Avec plus de 80 sociétés de gestion françaises
    et internationales référencées

  • Crédit conso
    Vos projets n'attendent pas !

    Exclusif : votre prêt personnel BforBank

    BforBank vous propose, avec son partenaire CréditLift,
    une solution de financement flexible qui s'adapte
    à vos envies, vos besoins et votre situation.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

      En savoir plus

  • L'argent, on en parle

Les marchés en 2014 : la vision de DNCA Finance

Marchés émergents, Zone euro, classe d'actifs à favoriser... DNCA Finance livre sa vision des marchés pour 2014

Les marchés en 2014 : la vision de DNCA finance

Quel bilan faites-vous de l’année 2013 ?

L’année 2013 a été marquée par une série de points d’inflexion sur un grand nombre de classes d’actifs.

On notera, tout d’abord que les investisseurs ont commencé à perdre de l’argent sur certaines obligations cette année, cela concerne principalement les Emprunts d’État américains ou les obligations des pays émergents, désormais au cœur des préoccupations des investisseurs.

À l’approche de la normalisation de la politique monétaire aux États-Unis, en l’espace d’un an et demi, les taux d’intérêt à 10 ans sont passés de 1,5 à 3 %.

C’est sans doute la fin d’une situation paradoxale dans laquelle les investisseurs obligataires ont bénéficié de plus-values colossales tandis que les investisseurs en actions ont été guidés par la recherche de hauts rendements.

Du côté des actions, la hausse des marchés développés a été forte en 2013 et plus rapide en Europe que la progression des résultats. La baisse de la prime de risque, la sortie de deux années de récession et l’anticipation d’un rebond des résultats en 2014 dans la zone euro ont porté les actions.

Quel est le scénario que vous envisagez pour 2014 ?

Nous anticipons dans les années à venir un retour à la normale, c'est-à-dire des investisseurs récompensés par des rendements obligataires supérieurs à l’inflation et par des plus-values sur les actions.

Ce rééquilibrage devra être soutenu par une conjoncture économique caractérisée par une croissance plus équilibrée sur le plan géographique.

En Europe, les sociétés affichent des résultats encore en baisse d’environ 20 % par rapport aux niveaux de 2007. Le retour à une croissance économique, même faible, permettra aux bénéfices de progresser et d’entraîner les actions vers des niveaux plus élevés.

Les valeurs de croissance qui ont bénéficié de la bonne santé des marchés émergents sont trop chères car elles ont servi de refuges ces dernières années.

Les valeurs cycliques ou domestiques comme par exemple les secteurs des médias, des télécommunications ou de la technologie présentent des décotés toujours très élevées à l’inverse de l’année 2000.

Quels conseils d’arbitrages donneriez-vous à des investisseurs prudents et d’autres plus audacieux en ce début d’année ? Quels sont les zones et secteurs à privilégier ?

Les portefeuilles avec un biais « value » ont commencé en 2013 à rattraper leur important retard accumulé ces 5 dernières années. Leur potentiel est important.

Des fonds diversifiés pilotés par des gérants qui ont perçu l’ensemble de ces inflexions sur les marchés ou des stratégies alternatives positionnées sur le rattrapage des titres les plus décotés devraient donner satisfaction sans risques excessifs.

En termes de valeurs, nous avons de fortes convictions sur les titres suivants : Atos, Volkswagen, Imperial Tobacco, Indra ou Lagardère.

Sur les analyses de DNCA finance, lire également :

Les marchés en 2014 : le point de vue des gérants

DNCA-logo.jpg