Epargne et patrimoine des Français : les chiffres clés

L’épargne est un des enjeux de la nouvelle réforme fiscale. Elle est aussi, à un autre niveau, l’enjeu de la richesse collective et des marges de manœuvre individuelles.

Épargne et patrimoine des Français 2013

Le contexte est connu depuis près de deux ans : la crise économique, ramènerait inévitablement aux vieux réflexes de "mettre de l’argent de côté", dans l’attente d'une situation meilleure.

L’épargne en France à tendance à se tasser, alors que la fiscalité qui lui échoie va elle en s’alourdissant. La Tribune voit même la France "championne d’Europe de la taxation du capital". Et Le Point (sur la base d’une étude Banque de France) repère un glissement vers l’épargne défiscalisée.

Selon les titres de presse, les chiffres clés à retenir sont les suivants :

  • 3,52 milliards d'euros : le recul des dépôts sur les livrets bancaires fiscalisés, en novembre dernier (pour un total de dépôt de 178,68 milliards d'euros) ;
  • au moins 8 milliards d'euros d'impôts qui ont été ajoutés depuis 2010 sur les revenus du patrimoine ;
  • la taxation des revenus du patrimoine pèse 20 milliards d'euros, selon Eurostat. Soit l'équivalent de 1% du PIB.

 

Quelles options en 2013 ?

Dès lors, quelle marge de manœuvre se donneront les Français en 2013 ? Un sondage TNS Nipo relayé par Challenges.fr acte d’une faible mobilisation pour l’heure sur ces sujets : "un tiers seulement d'entre eux se disent prêts à faire des efforts soit en épargnant davantage, en réduisant leurs dettes, en contrôlant leurs dépenses ou... en changeant de banque".

Tentation de l’immobilisme ? Sur les différents sondages postés via les réseaux sociaux de BforBank, se dégage en revanche une tendance à la recherche d’optimisation de la rémunération de l’épargne, ou bien aussi d’investir sur l’immobilier.

Clairement, un léger mieux économique et notamment sur le front de l’emploi (84% des Français jugent la lutte contre le chômage prioritaire) pourrait rapidement rebattre ces cartes.

 

Le patrimoine des Français, en hausse

Pour autant, la richesse des Français s'est déjà améliorée. Selon les derniers chiffres de l'Insee (relayés par La Tribune) et portant sur 2011, le patrimoine financier des ménages s'est accru de 4,1% (à 10.411 milliards d'euros nets), essentiellement porté par les hausses de prix dans l'immobilier.

Si moins d'argent a été placé en actions (-7,6%), l'argent numéraire a été davantage utilisé (+5,8%) ce bien moins que les encours d'assurance-vie (+1,5%), demeurant cependant le premier placement financier national (à 1.430 milliards d'euros d'encours).