Réformes : l'épargne de livret au cœur de la rentrée

La rentrée du gouvernement se fait sur fond de précisions et installations des premières mesures de réforme fiscale et financière. Focus sur l'épargne de livret.

Réforme, l'épargne livret BforBank

Avec la rentrée cette semaine du gouvernement, la réforme financière et fiscale discutée depuis le printemps rentre dans sa première phase d'application, en ligne avec les annonces de juin et juillet dernier. Selon l'AFP, les deux enjeux principaux de septembre sont les suivants :

  • une pression budgétaire accrue : car pour la Cour des comptes, "il s'agit de dénicher 33 milliards d'euros en réduction de dépenses et/ou impôts nouveaux",
  • un contexte politique tendu : l'opposition de droite et de gauche, taxe le gouvernement d'immobilisme face à la crise, qui entend donc montrer ses actions.

Premier ministre à la barre, livret A en vue

En conséquence et en amont du Conseil des Ministres se tenant ce mercredi, Jean-Marc Ayrault est intervenu ce matin sur RMC au micro de Jean-Jacques Bourdin. Il a précisé les mesures immédiates de rentrée.


Bourdin 2012 : Jean-Marc Ayrault par BFMTV

Outre la problématique du prix de l'essence, une autre annonce essentielle concerne l'épargne des Français et les livrets : soit "le relèvement immédiat de 25% du plafond du livret A (actuellement fixé à 15 300 euros)". Mais "le doublement du plafond, promesse de campagne de François Hollande, sera bien réalisé d'ici à 2017 en fonction des besoins de logements sociaux."

C'est une confirmation de ce que laissait déjà entendre le ministre Pierre Moscovivi (cité par Reuters), évoquant un relèvement "au fur et à mesure des besoins". Quant à une fiscalisation rehaussée et dans la foulée de ce placement… elle reste "à l'étude" selon Jean-Marc Ayrault, rien n'est fixé.

Ré-orienter l'épargne vers l'économie réelle

Le Premier ministre a aussi redit ce matin que la création d'un "livret d'épargne industrie", destiné au financement des PME, était envisagée. Ce serait donc un nouveau type de livret.

D'ailleurs plus globalement, le gouvernement cherche d'autres pistes "pour améliorer l'orientation de l'épargne des ménages au profit du financement de l'économie réelle." : en gros éviter une économie de bas de laine, au moment où il faut soutenir la croissance et assurer un "redressement productif" selon l'expression consacrée.

Sans aller jusqu'à la mise en place d'une commission, une mission est même confiée à un haut fonctionnaire. Il s'agit de Pierre Duquesne, entre autres ancien conseiller économique de Lionel Jospin à Matignon.

[MaJ 24/8/12 :] Jérôme Cahuzac "pas de taxes pour le livret A, mais des niches fiscales plafonnées"

Laurent DUPIN