Liquidités : quel placement choisir ?

Dans un climat économique maussade, les ménages privilégient les placements les plus liquides. La possible hausse du livret A devrait poursuivre cette tendance. Revue des principaux produits.

Liquidités, quel placement choisir bforbank

Dans un climat d'aversion au risque, les placements les plus liquides recueillent les suffrages. Du livret rémunérateur, au simple compte à vue qui ne rapporte rien, tour d'horizon des solutions que l'on peut envisager.

Le livret A : vers une collecte très élevée

Avec l'accélération de l'inflation (annoncée à +2,4 % hors tabac en rythme annuel), ce produit pourrait voir sa rémunération grimper à 2,5 % voire 2,75 %, si la hausse des prix se maintient jusqu'à la fin de l'année. Selon le cabinet PAIR Conseil, la collecte nette (correspondant à la variation de l'encours, intérêts compris) s'établira à 22,5 milliards d'euros en fin d'année. Un niveau qui n'avait été atteint qu'en 2008, au déclenchement de la crise financière. Si la rémunération passait à 2,75 % en février prochain, il deviendrait encore plus incontournable. Attention toutefois, rien ne garantit aujourd'hui que ce taux amélioré ne survive à la révision de taux du 1er août 2012.

LDD, livrets jeunes : dans la foulée du livret A

Dans le sillage du éventuelle hausse du livret A, les autres livrets réglementés (Livret Développement Durable (LDD), Livret d'Epargne Populaire (LEP), Livret Jeune) pourraient eux aussi offrir de meilleurs rendements à partir du 1er février prochain, chacun de ces produits possédant ses propres règles du jeu (plafond, conditions d'ouverture, nombre de livrets par ménage). Rien que sur le LDD, le cabinet PAIR Conseil anticipe une collecte nette de 1,4 milliards d'euros en 2011. La collecte nette du LEP devrait, quant à elle, reculer de 1,7 milliards d'euros sur la période.

Livrets bancaires : attirants malgré tout

Avec un rendement de 2,25 % net d'impôt, et de cotisations sociales, le Livret A ainsi que le LDD (livret de développement durable) sont très compétitifs face aux autres offres des banques. Mais leurs montants sont plafonnés (respectivement à 15.300 et 6.000 euros). Pour ceux qui ont déjà atteint ces limites, les livrets bancaires ou superlivrets offrent des plafonds bien supérieurs, dans des conditions de liquidité similaires. Selon PAIR Conseil, ces livrets devraient connaître une hausse de leurs encours de 13,5 milliards d'euros en 2011.

Des liquidités sur le compte à vue

Plus étonnant, certains préfèrent actuellement tout simplement laisser leurs liquidités dormir sur leur compte à vue classique, même s'il n'est pas rémunéré. "Le ratio des stocks de monnaie manuelle + comptes courants détenus parles ménages rapportés à leur consommation s'envole. Les liquidités non rémunérées ne sont pas seulement détenues pour effectuer des transactions mais aussi pour leurs vertus de réserve de valeur", note le cabinet PAIR Conseil.

L'assurance-vie en retrait

L'éventuelle hausse du livret A ne fait pas les affaires de l'assurance-vie, qui connaît actuellement une phase de décollecte, et des rendements qui seront très probablement en repli pour l'année 2011. AXA France, a pour sa part déjà annoncé un recul de 0,3 points du fonds en euros des ses principaux contrats (rendement net de frais au minimum de 3 %).

Edouard LEDERER EDOUARD LEDERER

 

A lire également :