Livret A : le taux ne devrait pas baisser

Après la baisse du taux directeur de la BCE, la rémunération du livret A peut-elle diminuer ? Les explications de Cyril Blesson, asssocié chez PAIR Conseil.

Livret A taux BforBank

Le taux du livret A s'établit actuellement à 2,25 % net. Mais il est révisable deux fois par an, le 1er février, puis le 1er août. La baisse du taux directeur de la BCE (passé le 8 décembre à 1 %) est-il le signe d'une baisse à venir du placement vedette de l'épargne ?

Le calcul du livret A fait intervenir deux éléments : le taux directeur de la BCE, d'une part et le niveau d'inflation, d'autre part. La baisse du taux directeur de la BCE devrait donc jouer en faveur d'une baisse de la rémunération. En réalité, le taux minimum du livret A doit être égal à l'inflation hors tabac (environ 2 %) + 0,25 %, soit le taux de rémunération actuel de 2,25 % (2 %+ 0,25 %). Nous voyons l'inflation se maintenir à 2,1 % en fin d'année, ce qui conduirait à maintenir le taux du livret à son niveau actuel. En revanche, s'il y avait une augmentation de l'inflation en fin d'année (par exemple à 2,2 %), la rémunération pourrait être revue à la hausse.

Il est toujours possible de déroger à la règle, cela a déjà eu lieu par le passé. Par exemple, en 2009, il a été décidé que la rémunération ne pourrait diminuer de plus de 1,5 % à la fois. En effet, sans ce plafond, les taux aurait dégringolé beaucoup trop rapidement cette année là. Mais s'il devait y avoir une hausse du livret A en février 2012, il serait délicat d'y surseoir, à quelques mois des élections.

Ce ne sont pas les banques qui assurent la rémunération, mais la Caisse des Dépôts, auprès de qui les dépôts sont centralisés. Il est évident que dans les conditions de marché actuelle pouvoir assurer 2,25 % net avec une liquidité totale est un exercice compliqué. Et le serait encore plus en cas de hausse de rémunération.

Edouard LEDERER