• Compte Bancaire
    Jusqu'à 130€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    et d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016 :

       80€ offerts* pour votre Compte Bancaire
    + 50€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank
       *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 50€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/03/2017
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    100€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 16 janvier 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garantis en capital.
    *Offre soumises à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 31 janvier 2017

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un
    compte-titres, d'un PEA et/ou d'un
    PEA-PME jusqu'au 4 janvier 2017*
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    2 000 fonds
    Sans droits d'entrée

    Avec plus de 80 sociétés de gestion françaises
    et internationales référencées

  • Crédit conso
    Vos projets n'attendent pas !

    Exclusif : votre prêt personnel BforBank

    BforBank vous propose, avec son partenaire CréditLift,
    une solution de financement flexible qui s'adapte
    à vos envies, vos besoins et votre situation.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

      En savoir plus

  • L'argent, on en parle

La baisse du taux du Livret A va se poursuivre cet été

Le recul continu de l'inflation devrait imposer une baisse de 1,75 % à 1,50 %, voire 1,25 % le 1 er août. L'environnement économique dégradé semble maintenir l'attachement des Français au Livret A.

Livret A Epargne Français Placements BforBank

les-echos-baisse-taux-livret-A.jpg


La baisse du taux du Livret A n'est pas terminée. Enclenchée le 1 er février dernier, celle-ci devrait en effet se poursuivre cet été sous l'effet du recul continu de l'inflation.

Si la formule de calcul qui fixe ce taux était appliquée dès maintenant, la rémunération du produit d'épargne liquide préféré des Français passerait de 1,75 % à 1,25 %.

Cette formule est en effet fondée sur l'évolution des taux courts du marché et l'indice des prix à la consommation hors tabac.

Mais la règle veut que la révision du taux intervienne à date fixe deux fois par an, le 1 er février et le 1 er août. D'ici-là, « l'indice des prix hors tabac devrait remonter un peu, ce qui freinerait la baisse du taux. Selon nos estimations, celui-ci devrait donc atteindre 1,50 % à partir du 1er août », anticipe Cyril Blesson, associé chez PAIR Conseil.

Pour les banques, c'est une bonne nouvelle à plusieurs titres.

La collecte du Livret A, qui représente aujourd'hui une cagnotte de 261,6 milliards d'euros, est en effet centralisée à hauteur de 65 % par le Fonds d'épargne logé à la Caisse des Dépôts pour financer principalement des prêts au logement social, mais aussi d'autres missions d'intérêt général comme les prêts aux collectivités locales ou aux hôpitaux et aux transports.

C'est donc autant de dépôts qui ne peuvent être conservés par les banques dans leurs bilans. Dans un contexte où la liquidité est devenue une ressource rare, cette centralisation suscite l'exaspération des établissements bancaires.

Soulagement des banques

La perspective de voir l'attractivité du taux du Livret A se réduire ne peut donc que les soulager.

Les épargnants devraient en effet retrouver de l'appétit pour des placements concurrents. Ce sans que les banques aient à doper les taux de leurs produits d'épargne restant dans leur bilan, ce qui s'avère très coûteux.

En freinant la baisse du Livret A en février de 2,25 % à 1,75 % au lieu de 1,5 %, le gouvernement a en effet porté un coup particulièrement dur aux établissements bancaires car l'inflation hors tabac a, depuis, poursuivi sa baisse pour avoisiner 1 % en glissement annuel. Toute rémunération supérieure à ce niveau mord donc leurs marges.

Pour Cyril Blesson, les banques auront toutefois du fil à retordre. « La collecte devrait rester dynamique du fait du relèvement du plafond du Livret A et du LDD qui pousse les ménages à augmenter leur épargne de précaution. Le taux n'est pas le seul facteur à prendre en considération : la confiance des ménages dans l'économie est clef ». A moins d'un embellissement surprise de la conjoncture, le Livret A devrait donc continuer de faire office de « doudou » pour les épargnants.


Ninon Renaud - Les Echos.