• Compte Bancaire
    Jusqu'à 130€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    et d'un Livret jusqu'au 23 mars 2017 :

       80€ offerts* pour votre Compte Bancaire
    + 50€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank
       *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 50€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 30/06/2017
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 23 mars 2017
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    150€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 27 avril 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garantis en capital. 
    *Offre soumise à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 31 mars 2017 et 80€ offerts

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un compte-titres, 
    d'un PEA et/ou d'un PEA-PME jusqu'au 28 février 2017* 
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    80 € offerts *
    1 000 € de courtage remboursés *

    jusqu'au 31/03/2017 pour une 1ère ouverture
    ou transfert d'un compte-titres, d'un PEA
    et/ou d'un PEA-PME jusqu'au 28 février 2017

    *Offre soumise à conditions

  • Crédit conso
    2,90% TAEG fixe

    Exclusif : votre prêt personnel BforBank

    Offre valable du 13 février au 05 mars 2017, réservée aux clients BforBank, pour toute demande de prêt personnel de 10 001 à 75 000€ de 13 à 48 mois inclus.

    Vous remboursez 48 mensualités de 231,77€, hors assurance facultative. Le montant
    total dû est de 11 124,96€. Le taux Annuel Effectif Global (TAEG) fixe est de 2,90%.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

      En savoir plus

  • L'argent, on en parle

Vers une forte baisse du taux du livret A ?

Fourchette haute ? Fourchette basse ? Les avis divergent quant au futur taux du livret A, dont la rémunération devrait diminuer en août prochain.

Courreurs sur pente descendante

Le taux du Livret A a baissé au 1er février passant de 2,25 % à 1,75 %. Une nouvelle baisse devrait intervenir le 1er août prochain mais la grande question reste de savoir quelle en sera l’ampleur. A nouveau les spéculations vont bon train.

Si le calcul strict du taux devrait amener une forte baisse à 1 % ou 1,25 %, le Gouverneur de la Banque de France plaide pour le fixer dans le bas de la fourchette. Cette baisse sera-t-elle encore cette fois limitée afin de préserver l'attractivité de ce livret d'épargne défiscalisé, détenu par 61.6 millions de français ?

Livret A : un taux uniquement lié à l’inflation

Avant de voir les enjeux de cette baisse, rappelons ici la méthode de calcul du taux théorique du livret A. En premier lieu, deux calculs distincts de taux sont effectués et le taux le plus favorable est retenu, arrondi au quart de point le plus proche :

  1. Taux d’inflation hors tabac + [(Taux Euribor 3 mois + Taux Eonia)/2])/2
  2. Taux d’inflation hors tabac + 0.25%

Mais les taux de référence utilisés - Euribor et Eonia - sont actuellement trop bas pour être déterminants. Le taux du Livret A est donc actuellement directement lié à celui de l'inflation.

Christian Noyer plaide pour une baisse sensible du taux du livret A

Les propos du Gouverneur de la Banque de France tendent à se préciser. Mi-juin, évoquant le sujet, Christian Noyer se limitait à prévoir « probablement un nouveau mouvement » après celui du début de l’année, ajoutant toutefois qu'il était « trop tôt pour en parler » en l’absence de connaissance du niveau d'inflation à retenir.

Désormais il donne des précisions sur ce que pourrait être l’ampleur de cette baisse au vu de ce « qui résulterait spontanément de l'application de la formule ». Le nouveau taux doit se situer selon lui dans le bas d’une fourchette, de 1% à 1,25%. Christian Noyer a expliqué sur BFM Business : « 1 ou 1,25, ça me paraît être plutôt un chiffre vers le haut, le chiffre qui résulterait spontanément de la formule serait plutôt vers le bas de cette fourchette, voire un peu plus bas », a-t-il ajouté.

Le site de l’Expansion rappelle que c’est à Christian Noyer, qu’« appartient la décision d'appliquer ou non la formule fixée par la loi », sachant que le gouvernement a tendance à suivre les recommandations de la Banque de France.

Une forte baisse du taux du livret A : « délicate » selon Jean-Pierre Jouyet

Le directeur général de la Caisse de dépôts, établissement qui gère entre autres les fonds du Livret A, estimait de son côté dans le Journal du dimanche (JDD) que, « si l’on raisonne de façon mécanique, on devrait descendre entre 1 % et 1,25 % », ajoutant « politiquement, on peut considérer qu’il ne faudrait pas baisser le taux au-dessous de 1,50 % ».

Evoquant également une nouvelle hausse - en 2015 ? - du plafond du Livret A, il répond : « nous ne sommes pas aujourd'hui demandeurs d'un nouveau relèvement ».

La baisse des taux :« une bonne chose »

« La priorité, c’est le redémarrage de la croissance et la réduction du chômage. Le fait que les taux d’intérêt baissent, c’est une bonne chose », rappelait Christian Noyer pour qui une baisse doit répondre aux objectifs suivants :

  • favoriser la construction de logements sociaux,
  • permettre aux PME de se financer avec les taux les plus favorables possibles,
  • préserver le pouvoir d'achat pour les épargnants.

« Moins l'épargne est rémunérée, et donc moins elle est coûteuse pour la Caisse des dépôts, plus les offices HLM à qui nous prêtons s'y retrouvent », expliquait également Jean-Pierre Jouyet, directeur général de la Caisse de dépôts.

Pierre Moscovici avait lui même préparé le terrain en juin en avançant qu' « une baisse ne serait pas mauvaise pour l'économie », mettant en avant les arguments économiques : une moindre rémunération du livret A est plus favorable aux banques ou organismes de logement social.

Un coup dur pour les épargnants

A contrario, « les épargnants, eux, espèrent la meilleure rémunération possible », reconnaît le directeur général de la Caisse des dépôts. La décision n’est pas prise, mais quelle que soit l’ampleur de la baisse cela risque d’être un coup dur après la baisse du 1er février.

Un compromis sera-t-il une nouvelle fois trouvé qui empêcherait l’application stricte du taux résultant du calcul de la Banque de France ?

Comment vont réagir les épargnants, quelle alternative vont-ils trouver ? Si ils restent très attachés au livret A, une baisse sensible du taux devrait les amener à se mettre en quête de rendements supérieurs.

 

Lire aussi :