• Compte Bancaire
    Jusqu'à 130€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    et d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016 :

       80€ offerts* pour votre Compte Bancaire
    + 50€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank
       *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 50€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/03/2017
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    100€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 16 janvier 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garantis en capital.
    *Offre soumises à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 31 janvier 2017

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un
    compte-titres, d'un PEA et/ou d'un
    PEA-PME jusqu'au 4 janvier 2017*
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    2 000 fonds
    Sans droits d'entrée

    Avec plus de 80 sociétés de gestion françaises
    et internationales référencées

  • Crédit conso
    Vos projets n'attendent pas !

    Exclusif : votre prêt personnel BforBank

    BforBank vous propose, avec son partenaire CréditLift,
    une solution de financement flexible qui s'adapte
    à vos envies, vos besoins et votre situation.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

      En savoir plus

  • L'argent, on en parle

Le taux du livret A est passé à 1,25 % !

La rémunération du livret A est passée à 1,25 contre 1,75 % auparavant. Quelles conséquences de la baisse du livret A à 1.25 % pour les ménages ?

Le taux du Livret A est passé à 1,25 % : conséquences pour votre épargne ?

Baisse de l’inflation oblige, la rémunération du Livret A va être abaissée à 1,25 % à compter du 1er août contre 1,75 % auparavant et retrouver son taux plancher historique. Comment vont réagir les épargnants ? Vont-ils se détourner de leur placement favori dont les encours atteignaient fin mai un niveau record de 262,1 milliards d'euros.

Le livret A : un taux en fonction de l’inflation

Le taux d’intérêt du placement préféré des Français passe donc à 1,25 %. Ce nouveau taux est conforme aux recommandations du Gouverneur de la Banque de France du 12 juillet 2013.

La déception aurait pu être encore plus grande, car le taux théorique du livret A était de 1 % en cas d'application stricte de la formule de calcul prévue par la loi. En effet en période de taux très bas, c’est le seul chiffre de l’inflation qui est utilisé, majoré de 0,25 point, et arrondi au quart de point le plus proche.

Le taux est le même pour le Livret de développement durable (LDD) ou le livret Bleu. Il passe à 0.75 % pour le compte épargne logement (CEL) ou pour le livret d'épargne d'entreprise (LEE).

Un placement sûr, garanti, simple et non fiscalisé

Le taux d’intérêt est donc nettement moins attractif à 1,25 % qu’à 1,75 % auparavant et même 2,25 % jusqu’au 1er février 2013.

Mais d’autres arguments plaident en faveur du livret A qui avait au 31 décembre 2012 la faveur de 63.3 millions de Français :

  • l’absence de risque,
  • un taux garanti,
  • une gestion sans aucun frais,
  • une très grande disponibilité.

S’y ajoute un argument de poids en cette période de durcissement fiscal : une totale absence de fiscalité. Et donc nul besoin de prendre sa calculette pour calculer le taux net du rendement.

Enfin le plafond a été récemment augmenté pour atteindre 22 950 euros, après deux relèvements successifs.

Quelles alternatives au livret A ?

Nombreux épargnants chercheront une réponse à la question suivante : où puis-je placer une somme d’argent à court terme, en toute sécurité, mais à un taux plus attractif que celui du livret A ?

En dehors de produits réservés à certaines catégories d’épargnants (LEP, Livret jeune) et au plafond très limité, les investisseurs devraient étudier plusieurs alternatives qui se présentant à eux. Parmi les plus utilisées on citera les livrets bancaires et l’assurance-vie.

Les livrets bancaires : attention au nouveau régime fiscal

Les plafonds des livrets bancaires, dont les intérêts sont certes fiscalisés, restent plus souples jusqu’à plusieurs millions d’euros, et parfois même inexistants.

Les épargnants peu imposés sur les revenus pourront profiter des taux promotionnels des super-livrets, plus rémunérateurs que le livret A. Les autres, compte tenu de l’évolution récente de la fiscalité sur les placements, devront effectuer une comparaison précise entre les taux, nets de toute fiscalité, des différents produits.

À noter que depuis le 1er janvier les intérêts, coupons et assimilés sont imposés selon le barème progressif de l’impôt sur le revenu (IR). Toutefois si le montant total des intérêts, coupons et assimilés perçus au cours de l’année par le foyer fiscal n’excède pas 2 000 euros, une option pour une imposition forfaitaire au taux de 24 % est possible lors de la déclaration des revenus. S’y ajoutent bien évidemment les prélèvements sociaux.

Placer son épargne à court terme grâce à l'assurance-vie

En priorité ceux qui détiennent un contrat d’assurance-vie depuis plus de 8 ans, pourront faire des versements sur un fonds euros pour profiter en cas de retrait de la fiscalité des retraits « après 8 ans détention ».

Rappel : le prélèvement fiscal pourra être limité à 7,5 % après abattement annuel de 4 600 € (9 200 € pour un couple) sur les produits excédant ce montant. Les prélèvements sociaux auront bien sûr été prélevés à la source.

Pour ce type d’utilisation il est préférable que le contrat ne supporte aucun droit d'entrée et que les délais de règlement des rachats partiels soient relativement rapides.

Le gouvernement prévoit une réforme de l’assurance-vie. Attention, la loi de Finances pour 2014 pourrait donc changer la donne, si certaines des idées du rapport Berger Lefebvre étaient reprises dans le projet de loi de Finances. Une fiscalité qui ne dépendrait plus de l’âge d’ouverture du contrat mais de celui de chaque versement, aurait des impacts importants.

Le livret A pour financer les HLM

Si cette baisse du rendement risque d’être sans doute mal supportée par les ménages, elle a une conséquence directe pour le logement social. Le Livret A est bien sûr un outil décisif pour son financement : une partie de l'épargne collectée est centralisée par la Caisse des dépôts et consignations, qui l'utilise pour financer la construction de logements sociaux.

Pierre Moscovici a précisé que "le nouveau taux engendre une économie de près de 600 millions d'euros en année pleine pour les organismes de logement social".