Taux du Livret A : il passe à 1.25% le 1er août 2013

Fixée actuellement à 1.75%, la rémunération du Livret A passera le 1er août prochain à 1.25%.

Taux livret A 2013

Le gouvernement a donc suivi la recommandation du gouverneur de la Banque de France. En proposant ce taux Christian Noyer dérogeait à la stricte application de la règle de calcul qui aurait mécaniquement fait chuter la rémunération du livret A à un niveau jamais atteint de 1%.

La formule faisait sortir un taux de 1%

Rappelons qu’en raison du niveau très bas des taux de référence utilisés – Euribor et Eonia - dans sa méthode de calcul, le taux du Livret A est actuellement directement lié à celui de l'inflation. Cette dernière est ressortie en juin à 0.8% hors tabac.

C’est donc à 1% que le taux du Livret A aurait dû baisser en application stricte de la formule mathématique (inflation hors tabac + 0.25%, arrondi au quart de point le plus proche). Le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, a donc choisi d’y déroger car cela « conduirait à une forte variation et à un niveau inédit de la rémunération du Livret A » en préconisant un taux de 1.25%. Créé en 1818, le livret A n’a jamais vu son taux de rémunération tomber sous la barre des 1.25 %.

Le taux du livret A : une décision stratégique

« La fixation du taux du livret A repose toujours sur un zest de stratégie politique et de savant dosage entre des objectifs contradictoires » écrit La Croix. A ce titre Christian Noyer rappelait récemment les objectifs auxquels doit répondre le niveau de rémunération du livret :

  • favoriser la construction de logements sociaux
  • permettre aux PME de se financer avec les taux les plus favorables possibles
  • préserver le pouvoir d'achat pour les épargnants

Dans le communiqué de la Banque de France, la préconisation de 1.25% est justifiée ainsi :

« ce qui permettrait de maintenir au cours des prochains mois une rémunération très largement positive de l'épargne réglementée tout en diminuant d'une façon significative le coût du financement de l'économie ».

RTL.fr rappelle la règle : « si le gouverneur de la Banque de France décide d'appliquer à la lettre la formule, sa décision s'impose. S'il souhaite y déroger, la décision est alors tranchée par le ministre de l'Économie ».

Le Gouvernement a tranché pour 1.25%

C’est à Pierre Moscovici, ministre des Finances, que revenait la décision finale sachant qu’habituellement la recommandation de la Banque de France est suivie.

Le gouvernement aurait beaucoup hésité ces derniers jours avant de trancher. Le Monde citait récemment des sources gouvernementales selon lesquelles le ministre « penchait plutôt pour un taux de rémunération de 1,25 %, sans y être totalement accroché, tandis que l'entourage du chef de l'Etat prônait 1,5 % ». Le Gouvernement souhaitait montrer qu’il se préoccupe du pouvoir d'achat des épargnants en donnant un coup de pouce supplémentaire au taux de rémunération du Livret A.

Selon Le Figaro, la décision a finalement été prise "à l'Élysée, après concertation avec les ministères de l'Économie et du Logement, ainsi qu'avec la Caisse des dépôts". Et la recommandation de la Banque de France d’abaisser la rémunération à 1,25% a été suivie.

Livret A : un placement toujours attractif ?

Comment vont réagir les épargnants alors que le relèvement du plafond du livret A – à 22 950 euros - a été suivi d’une forte progression des encours ? Au regard des taux d’intérêts actuels, certains avanceront que le taux du Livret A reste attractif.

Pour celui qui a des liquidités à placer et qui cherche sécurité et grande disponibilité, le Livret A conserve l’avantage de la simplicité ajoutée à l’absence de toute fiscalité.

En revanche, celui qui souhaite effectuer un placement à plus long terme, pourra en évaluant la prise de risque qu’il souhaite prendre, porter son choix sur des produits lui permettant d’optimiser la rémunération de son placement.