Une réforme pour favoriser l'épargne longue ?

L'Association française de la gestion financière sonne l'alerte sur l'épargne longue. Elle propose 10 mesures pour la redévelopper en France.

AFG 10 mesures épargne longue

Reprises par de nombreux médias économiques, les 10 propositions pour l'épargne longue formulées par l'AFG (Association française de la gestion financière) visent large. C'est qu'il y a urgence selon elle, compte tenu de la situation du pays. Pour les deux patrons (1) de cette association, le message est clair : "Les défis actuels imposent que les placements longs soient renforcés et non affaiblis [et il est important] de renouer avec une fiscalité et une règlementation cohérentes avec le long terme".

Leur argumentaire vise en fait la ventilation de l'épargne des Français :

"Bien que le taux d’épargne des particuliers français soit l’un des plus élevés d’Europe, cette épargne est essentiellement affectée à des placements à court terme et à l’immobilier au lieu d’être orientée prioritairement vers les entreprises et l’économie. L’épargne financière est trop courte et insuffisamment investie en actions".

 

Comment renforcer l'épargne longue

On comprend donc que l'AFG apporte ici un bémol aux dernières mesures (ou absences de mesures) prises par le gouvernement Ayrault concernant l'épargne et les placements. Ce, en face d'un Premier ministre qui avait cru utile de préciser qu'il n'était "pas l'ennemi de l'argent", l'été dernier.

Voici la liste litérale (document complet), telle qu'organisée thématiquement par l'AFG. Qui voit la nécessité de travailler d'abord sur :

Trois propositions d'ordre règlementaire :

  • mise en place de fonds communs d'investissement productif de long terme ;
  • élargissement du Perp (plan d'épargne retraite populaire) ;
  • levée de certaines contraintes européennes : soit globalement pour que "l’encouragement européen à l’épargne retraite, individuelle et

d’entreprise, soit accentué".

Puis sept propositions à caractère fiscal :

  • créer un "PEA PME" investi en titres de PME ;
  • relever le plafond du PEA à 200.000 euros ;
  • pour l'assurance-vie, instaurer une incitation différentielle en faveur des unités de comptes en actions ;
  • favoriser l'investissement des entreprises dans les fonds finançant les PME ;
  • fixer à nouveau à 8% le taux du forfait social appliqué aux versements sur l'épargne retraite ;
  • égalité fiscale entre les produits de placement.

Le clou est enfoncé en indiquant que ces mesures s'inscrivent dans l'analyse du rapport Gallois remis au président Hollande : lequel souligne "la nécessité de garantir aux TPE, PME et ETI des financements performants et de proximité et d’encourager le financement des entreprises par une réforme de la fiscalité de l’épargne favorisant la détention d’épargne de long terme et les investissements en actions".

Pour plus d’informations sur nos produits financiers, rendez-vous sur notre simulateur d’épargne

(1) Paul-Henri de La Porte du Theil, est président de l’AFG et Pierre Bollon, son délégué général