A lire dans la même thématique

CTO, PEA, quel support choisir pour investir en bourse en 2018 ?

Quel est l’impact de la nouvelle fiscalité 2018 pour vos investissements en actions?

Même avec un capital relativement faible, vous pouvez déléguer la gestion de votre contrat à l’assureur, conseillé par une équipe de professionnels. C’est ce qu’on appelle le mandat de gestion.

Dans un contexte de baisse régulière des rendements des fonds euros, de nombreux épargnants recherchent des alternatives. Elles passent par le recours aux unités de compte et donc à l’abandon de la garantie du capital. Selon vos objectifs, votre horizon de placement, vos contraintes, le mandat de gestion vous donne accès à une gestion adaptée en fonction de votre profil, du plus prudent au plus offensif.

Comment bénéficier de l’expertise de gérants professionnels dans la gestion de votre contrat d’assurance-vie? Décryptage.

Gestion libre ou gestion sous mandat ?                    

Dans le cadre d’un contrat d’assurance-vie dit multisupport, vous avez accès :

  • à la garantie en capital qu’offrent les supports en euros
  • à une diversification grâce à des supports en unités de compte pour lesquels les montants investis ne sont pas garantis en capital.

Vous pouvez choisir entre plusieurs modes de gestion. Comment opter pour celui qui est le mieux adapté ?

Plusieurs critères entrent en jeu pour orienter votre choix :

  • votre degré d’autonomie en termes de gestion d’actifs,
  • vos objectifs
  • et bien sûr votre profil d’investisseur.

Dans la gestion libre, à vous de choisir dans la gamme proposée dans votre contrat, les supports (fonds euros, unités de compte) dans lesquels vous voulez investir. Pour vous guider, vous aurez souvent accès à différentes options aux appellations variables: répartitions guidées, portefeuilles types. Ces outils vous permettent d’être accompagné dans le choix des supports tout en restant autonome dans la modification de votre allocation (arbitrages).

Dans la gestion sous mandat - appelée aussi pilotée ou déléguée -, c’est à l’assureur que revient le rôle de sélection et d’arbitrage des OPCVM (unités de comptes) dans le cadre du respect du profil pour lequel vous aurez opté. Il s’appuie dans cette fonction de sélection d’OPCVM et d’arbitrages sur une équipe de gérants. Vous suivrez les performances du mandat au travers de comptes rendus de gestion.

En déléguant la gestion, vous bénéficiez ainsi de l’expertise de gérants professionnels.

Le mandat offre différents types de profils

Vous privilégiez la prudence ? Votre but est une valorisation du capital à moyen-long terme ? Vous recherchez avant tout la performance ? Vous serez guidé dans le choix du mandat qui correspond le mieux à votre profil de risque défini grâce aux objectifs, attentes et connaissances que vous avez préalablement énoncés.

Le nombre des mandats et leurs appellations peuvent différer d’un assureur à l’autre. Ces profils sont souvent au nombre de 3 : prudent (ou défensif), équilibré, dynamique. Un quatrième (ou même parfois davantage) peut s’y ajouter, comme par exemple le profil offensif.

La proportion consacrée aux unités de compte en actions, la présence ou nom du support en euros, et la part qui lui est réservée, pourront être très variables selon le profil choisi.

Comme tout investissement sur des unités de compte, il existe un risque de perte en capital puisque leur valeur est soumise aux fluctuations des marchés financiers à la hausse comme à la baisse.

La gestion sous mandat : une solution souple

Ce mode de gestion reste très souple. Un changement dans votre situation patrimoniale ? Dans vos objectifs ? Vous pouvez modifier votre profil de gestion et donc votre niveau de risque à tout moment en optant pour un autre profil de mandat. De même, le mandat ne vous engage pas dans la durée et selon les modalités contractuelles, vous restez libre d’y renoncer pour revenir vers la gestion libre quand vous le souhaitez.

Comme dans la gestion libre, vous pouvez dans le respect des contraintes réglementaires et fiscales procéder à des rachats- total ou partiel- ou effectuer des versements.

Pour quel coût ?

La plupart du temps la gestion sous mandat entraine un surcoût sous forme de frais supplémentaires de gestion. Concrètement les taux des frais de gestion applicables aux unités de compte peuvent être légèrement supérieurs à ceux pratiqués en gestion libre. Si vous optez pour un contrat commercialisé par une banque en ligne, le surcoût peut se limiter à 0,10 %.

Crédit photo : istock