A lire dans la même thématique

Retraits sur un PEA : que faut-il savoir ?

Les conséquences fiscales d’un retrait sur un PEA sont très variables selon l’ancienneté de votre plan. Comment l’optimiser ?

Pourquoi ouvrir plusieurs contrats peut être un atout pour la gestion de votre patrimoine ?

Vous vous posez légitimement la question : quelle peut être l’utilité de détenir plusieurs contrats d’assurance-vie ?  En réalité, il y a de nombreuses raisons qui peuvent pousser un épargnant à en ouvrir plusieurs : des raisons patrimoniales, des raisons fiscales mais aussi des raisons de gestion afin d’opter pour le contrat qui convient le mieux à ses projets et ses attentes.

Un point sur les principales motivations qui peuvent vous amener à détenir plusieurs contrats. Parmi elles, la réforme fiscale en vigueur depuis le 1er janvier 2018 appliquant sur certains gains en cas de retraits, le prélèvement forfaitaire unique ou PFU.

Adapter un contrat à un projet ou à un bénéficiaire

Un contrat d’assurance-vie peut être destiné à financer un projet déterminé. Mais vous pouvez avoir plusieurs projets de diverses natures, aux horizons de placement plus ou moins longs. Financer les études de vos enfants lorsqu’ils sont adolescents sera par exemple un projet à plus brève échéance que celui de vouloir compléter votre retraite ou préparer la transmission de votre patrimoine.

Adapter la gestion de chaque contrat à un projet et donc à un horizon de placement peut se révéler judicieux en termes de choix de placements. Vous pourrez constituer puis adapter l’allocation et le profil de risque de chaque contrat en fonction du projet qui s’y rapporte.

En suivant le même raisonnement, personnaliser un contrat en fonction du ou des bénéficiaire(s) désigné(s) peut s’avérer opportun, en adaptant la gestion aux besoins estimés de chacun. Cette option pourra également être utilisée dans un souci de discrétion afin que chaque bénéficiaire puisse ignorer ce qui est attribué aux autres.

Pour une gestion financière plus souple

Le développement de la diversité de l’offre à laquelle vous avez accès, la disparité des performances des fonds en Euro mais aussi des unités de compte (UC) peut vous amener à vouloir ouvrir un nouveau contrat. Tout en conservant votre ancien contrat pour notamment son antériorité fiscale - ou le maintien d’un régime ancien plus favorable -  vous pouvez porter votre choix sur un nouveau produit aux caractéristiques de supports correspondant davantage à vos besoins actuels.

Un meilleur rendement du support en Euro, une gamme plus large d’UC, des frais de gestion ou de souscription moins élevés (les banques en lignes proposent des versements sans frais de souscription), l’accès à un mandat de gestion, constituent autant de raisons de vous poser légitimement la question de changer de contrat pour vos futurs versements.

Retraits : vous pouvez choisir la fiscalité optimale

Lorsque vous procédez à un rachat sur un contrat d'assurance-vie, le montant comporte toujours une part de capital et une fraction de plus-value sur laquelle s’applique l’impôt. Avec plusieurs contrats, il sera possible de choisir en priorité celui qui permettra le rachat partiel fiscalement le plus intéressant, au moyen de simulations qui vous permettront notamment :

  • d'optimiser la base taxable, en retirant par exemple en priorité sur le contrat où la plus-value est la plus réduite,
  • de privilégier un retrait sur un contrat dont les performances vous déçoivent ou sur lequel le régime fiscal est optimal,
  • d’éviter de sortir des capitaux d’un contrat dont le régime en cas de transmission est le plus favorable.

Par ailleurs depuis l’instauration en 2018 d’un nouveau régime fiscal en cas de retrait (la flat tax à 30 % dont 12,80 % au titre de l’impôt sur le revenu) qui touche les versements effectués depuis le 27 septembre 2017, il sera opportun de pas mélanger des fiscalités différentes au sein du même contrat pour un suivi plus lisible de la fiscalité.

Préférez un nouveau contrat pour les versements après 70 ans

Vous le savez sans doute, l’assurance-vie continue à présenter des atouts pour la transmission, lorsque l’on continue à effectuer des versements après 70 ans. Mais le régime applicable est alors très différent, peut se révéler complexe, et il est judicieux de consacrer un nouveau contrat à ces versements post 70 ans.

Pour rappel, en cas de décès, seule la part des primes versées qui excède 30 500 euros est alors soumise aux droits de succession (selon le lien de parenté entre le souscripteur décédé et le bénéficiaire) et tous les gains sont exonérés.

Limitez les risques avec plusieurs garanties des dépôts

Multiplier les contrats ou plutôt exactement les assureurs peut permettre de profiter plusieurs fois de la garantie au cas où un établissement connaitrait de difficultés. Ce sujet était particulièrement revenu sur le devant de la scène en 2011, lors de la crise européenne des dettes souveraines en Europe.

Pour rappel, le FGAP (Fonds de Garantie des Assurances de Personnes) garantit les sommes placées en assurance vie jusqu’à 70 000 € par personne, pour tous les contrats détenus chez un même assureur.

Rien n’est jamais figé : tant l’évolution de vos objectifs et besoins, que celle de l’offre ou du régime fiscal de l’assurance-vie qui peuvent vous conduire à vouloir souscrire plusieurs contrats.

Crédit photo : Geber86