A lire dans la même thématique

Les ETF sont-ils la formule magique pour investir ?

Lancés en Amérique du Nord dans les années 90, les ETF, aussi appelés trackers, ont fini par s’imposer un peu partout. Un phénomène qui confirme l’engouement pour la gestion dite "passive"..

Dans le cadre d’une gestion active de votre portefeuille boursier, le stock picking consiste à sélectionner les valeurs les plus prometteuses de la cote.

15 mars 2021

La Rédaction

Lorsque vous investissez en bourse, vous avez le choix entre plusieurs stratégies. Vous pouvez notamment "acheter l’indice" (au travers d’un fonds ou d’un ETF, par exemple) ou sélectionner les valeurs qui, à vos yeux, font figure de pépites de la cote. C’est ce qu’on appelle l’approche par le stock picking (sélection d’actions, en anglais).

Plusieurs styles de gestion en matière de stock picking

Vous pouvez sélectionner les valeurs en fonction de différents critères. Le plus souvent, on retrouve trois styles de gestion différents :

  • l’approche value, qui consiste à investir dans des titres décotés, c’est-à-dire des titres dont on estime que la valorisation boursière est inférieure à la valeur des fondamentaux (par exemple, des perspectives de croissance non intégrées dans le cours de l’action) ou des fonds propres ;
  • l’approche growth, qui consiste à rechercher des entreprises affichant un taux de croissance élevé comme les valeurs technologiques (services informatiques, composants et matériaux électroniques…) ;
  • l’approche sectorielle, qui consiste à privilégier un groupe d’actions au sein d’un même secteur (santé, robotique, agroalimentaire…).

Stock picking : une stratégie réservée aux plus avertis

La stratégie de stock picking est réservée aux investisseurs avertis pour deux raisons principales.

La première, c’est que la sélection des valeurs et leur suivi sur la durée nécessite de pouvoir consacrer du temps à la lecture des notes d’analystes, des publications d’entreprises, des articles de presse sur la conjoncture et la macro-économie… S’informer sur la bourse et les actions prend plusieurs heures par semaine et est indispensable pour pouvoir ajuster son portefeuille en permanence.

La seconde, c’est qu’investir sur une sélection limitée de valeurs est plus risqué. Vous exposez votre portefeuille à un nombre limité d’actions. C’est l’inverse de la logique de mutualisation permise par les OPC ou le ETF (même si ces deux façons d’investir sont en réalité complémentaires).

Bon à savoir

Pour vous aider à construire votre stratégie d’investissement en bourse, BforBank vous propose une série d’outils : une salle de marché à domicile, des outils d’aide à la décision et les analyses d’experts reconnus du secteur.

Conjuguer stock picking et diversification

C’est d’ailleurs ce niveau de risque potentiellement plus élevé qui milite en faveur de la diversification de portefeuille. Il est recommandé d’éviter de tout miser sur une ou deux valeurs seulement. Le risque de change, la perte d’un client important ou encore un projet de croissance externe avorté peuvent générer une très forte volatilité sur un titre donné.

Afin de répartir le risque, il est donc conseillé d’investir sur plusieurs valeurs en même temps. Attention toutefois à ne pas démultiplier le nombre de lignes. On considère généralement qu’il ne faut pas dépasser 10 à 12 lignes pour être en mesure de suivre efficacement l’actualité de chaque entreprise qui compose le portefeuille.

Crédit photo : Getty images