Imprimer

Dossier - secteur automobile : entre crise et interrogations

Essence chère, crise, ventes en berne... l'automobile peine à s'adapter au nouveau contexte mondial. Il convient de l'évaluer avec prudence, en terme de perspectives et d'investissement. Le point.

Réagir
Dossier - secteur automobile : entre crise et interrogations BforBank

Les fils d'actualités ne chôment pas depuis cet été. Exemples tout dernièrement : chômage partiel chez Opel, risque de sortie du CAC chez Peugeot, baisse des ventes attendue chez Renault, restructurations en vue... En bilan de la journée boursière de ce 27 août, BFM/Radio commentait même d'un "PSA n'en finit pas de dégringoler...".

Un secteur industriel tout entier affronte les vents contraires, avec toute la panoplie des difficultés. Comment analyser ce phénomène d'un point de vue strictement marché, et ce pour guider les investisseurs.

Les difficultés en France : (infographie Le Figaro)

Cliquez sur l'image ci-dessous, pour la voir en grand dans une nouvelle fenêtre.

Les voies de sorties 

L'industrie automobile européenne a le plus grand mal à sortir la tête de l'eau. Et les derniers jours n'ont pas fait mentir ce constat, qui agrémentent les médias de titres tous plus inquiets les uns que les autres… notamment concernant Peugeot. Trouver des solutions à une sortie de crise reste une équation difficile à résoudre. (...) [Lire la suite]

 

Le cas PSA Peugeot-Citroën

En l'espace de quelques trimestres, Peugeot est devenu le maillon faible de l'industrie automobile européenne. Malgré son statut de deuxième constructeur automobile. Malgré les efforts engagés pour redresser ses comptes. Comment en est-on arrivé là ? (...) [Lire la suite]

 

L'avis de l'expert

Pour Rémi Cornubert, associé au sein du cabinet Oliver Wyman et expert du secteur automobile, "Les surcapacités s'expliquent par un problème de demande et d'offre", "En France, le travail est handicapé par le niveau élevé des charges" (...) [Lire la suite]

J.J (avec L.D)

Réagissez à cet article

? Ce code permet de nous prémunir des sollicitations automatisées par des robots informatiques.
Merci de saisir la suite des 6 caractères affichés dans la zone dédiée.