Imprimer

Le marché des OPCVM au deuxième trimestre 2011

Source Europerformance. Communiqué de presse Juillet 2011. Données au 30/06/2011, variations et effets calculés sur la base du 31/03/2011.

Réagir
Le marché des OPCVM au deuxième trimestre 2011

La décollecte s'est poursuivie au 2ème trimestre, tout particulièrement au cours du mois de juin. La crise de la dette souveraine et les tensions en Grèce en sont la cause. Au total, ce sont 16,8 milliards d'euros qui sont sortis des OPCVM français – auxquels il convient d'ajouter l'effet performance des marchés de -193 millions d'euros. C'est le 7ème trimestre consécutif de décollecte. Au 30 juin 2011, les encours de la gestion collective française s'établissent ainsi à 806 milliards d'euros (-2,4% sur le trimestre).

La décollecte se poursuit au 2ème trimestre

Le bilan des souscriptions et rachats sur le trimestre est négatif sur toutes les classes d'actifs.

La plus forte décollecte s'est opérée sur les fonds monétaires avec près de -12 milliards d'euros, soit autant que le trimestre passé.

Malgré une décollecte de -2 milliards d'euros sur les fonds obligataires, certaines stratégies ressortent positivement. Les fonds obligations convertibles ont continué d'attirer les investisseurs en avril et en mai. Ces fonds ont collecté +684 millions d'euros au 2ème trimestre (vs +355 millions d'euros au T1-2011). Les fonds obligations high yield ont enregistré une collecte nette de +226 millions d'euros, portée également par les mois d'avril et de mai.

Les fonds actions tirent leur épingle du jeu

Les fonds actions n'ont décollecté que de -250 millions d'euros sur le trimestre – contre -2 milliards au 1er trimestre. Ce regain d'intérêt s'est porté sur les fonds actions France, zone Euro et Europe (+569 millions d'euros) ainsi que les fonds actions US (+227 millions d'euros). En revanche, les fonds actions internationaux, marchés émergents et sectorielles ont été délaissés ce trimestre.

La tendance à la baisse s'est poursuivie sur les fonds diversifiés Euro et internationaux avec -2,3 milliards d'euros de rachats. La demande en fonds flexibles s'est affaiblie : seulement +73 millions d'euros ont été alloués contre +465 millions d'euros au 1er trimestre.

Réagissez à cet article

? Ce code permet de nous prémunir des sollicitations automatisées par des robots informatiques.
Merci de saisir la suite des 6 caractères affichés dans la zone dédiée.