La contraction de l'activité se poursuit en novembre

En novembre, l'activité du secteur privé poursuit son déclin et vient nourrir une ambiance morose du côté des entrepreneurs.

La contraction de l'activité se poursuit en novembre

Deux mois. Telle est la durée sur laquelle l'activité du secteur privé se ralentit, en France. C'est en tout cas ce qu'indique le cabinet Markit largement repris dans les journaux ce matin. Parallèlement, l'INSEE se fait l'écho d'une énième dégradation du moral des industriels. Des indices qui – d'après Le Figaro – doivent être interprétés comme des "signes de récession pour la France (qui) se renforcent ".

Un mois mi-figue mi-raisin selon les secteurs

D'après le cabinet Markit, les secteurs ne subissent pas tous la contraction de leur activité de la même manière.

Les services sont plus épargnés que l'industrie. Ce que confirment les analystes de Markit dans Les Échos : " la production manufacturière continue de reculer à un rythme soutenu, le taux de contraction affichant son plus haut niveau depuis trois mois ". Et de poursuivre : " les fabricants français font état du plus fort repli de leurs nouvelles commandes depuis avril 2009, le volume des ventes reculant fortement tant sur le marché intérieur que sur les marchés à l'export ".

Ce ralentissement de l'activité n'est pas uniquement français puisque ce mois-ci. Même l'Allemagne, pourtant présentée comme le "bon élève" de la résistance à la crise, est touché. Le pays enregistre une croissance proche du nul. Enfin comme le rapporte Boursier.com : le marché du travail européen est au point mort. Signe que les entreprises sont elles aussi frappées par les incertitudes sur la zone Euro.

Entrepreneurs pessimistes

D'ailleurs, les entrepreneurs ont vu leur moral se dégrader profondément. D'après l'étude mensuelle de l'INSEE, celui-ci recule de deux points par rapport à octobre. Il tombe ainsi à 95 points en novembre (la moyenne est de 100). Et les Échos de rappeler que " Pendant la crise de 2008, l'indicateur s'était déjà enfoncé sous cette moyenne, fixée à 100 points. Il avait chuté à l'époque autour de la barre des 70 points, pour ne retrouver des valeurs supérieures à 100 points que fin 2010".

C'est donc un novembre sombre qui se clôt et, d'après Chris Williamson, économiste chez Markit repris par Boursier.com Malgré l'amélioration de l'indice PMI Flash pour l'Eurozone, indiquant un repli du taux de contraction en novembre, il semblerait que le pire reste à venir.

V.K