Dividendes : les contribuables n'optimisent pas leurs impôts

En matière de dividendes, deux options fiscales sont possibles. Or, selon l'Inspection des finances, une grande partie d'entre des ménages choisit l'option… qui leur fait payer le plus d'impôts.

Dividendes : les contribuables n'optimisent pas leurs impôts

L'optimisation fiscale n'est pas un exercice aisé pour tous les contribuables. Ceux qui perçoivent des dividendes ont, depuis 2008, deux possibilités : ils peuvent être taxés selon un prélèvement forfaitaire libératoire, au taux de 18% ou au barème de l'impôt sur le revenu. Or, montre le rapport de l'Inspection des finances sur l'épargne des ménages (lire ci-contre), une grande partie d'entre eux choisit l'option… qui leur fait payer le plus d'impôts ! Parmi les 48.000 foyers ayant opté pour le prélèvement forfaitaire libératoire, 34.000 ont ainsi payé davantage que s'ils avaient choisi l'imposition au barème. De fait, beaucoup ignoraient que la taxation au barème de l'IR leur donnait également droit à une réfaction de 40%, plus un abattement forfaitaire et un crédit d'impôt. Seuls les contribuables déclarant un revenu fiscal de référence supérieur à 250.000 euros pouvaient espérer tirer un gain financier du prélèvement forfaitaire libératoire.

Mireille WEINBERG