• Compte Bancaire
    Jusqu'à 130€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    et d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016 :

       80€ offerts* pour votre Compte Bancaire
    + 50€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank
       *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 50€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/03/2017
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    100€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 16 janvier 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garantis en capital.
    *Offre soumises à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 31 janvier 2017

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un
    compte-titres, d'un PEA et/ou d'un
    PEA-PME jusqu'au 4 janvier 2017*
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    2 000 fonds
    Sans droits d'entrée

    Avec plus de 80 sociétés de gestion françaises
    et internationales référencées

  • Crédit conso
    Vos projets n'attendent pas !

    Exclusif : votre prêt personnel BforBank

    BforBank vous propose, avec son partenaire CréditLift,
    une solution de financement flexible qui s'adapte
    à vos envies, vos besoins et votre situation.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

      En savoir plus

  • L'argent, on en parle

Jean-Claude Marian, Pdg d'Orpéa : "Orpéa renforce son bilan"

L'augmentation de capital a rencontré un beau succès dans des marchés pourtant difficiles. Le patron du groupe […] se montre optimiste (…)

Jean-Claude Marian, Pdg d'Orpéa :

L'augmentation de capital de 203 millions d'euros a été un succès. Pourquoi une telle opération? Craigniez-vous un durcissement du crédit ?

La demande totale s'est élevée à 320millions d'euros, traduisant un taux de souscription de 157,5%. Cette opération n'est pas défensive car nous n'avons pas d'échéance financière majeure avant 2016. En outre, 80% de notre dette nette est de nature immobilière et adossée à des actifs de qualité, bien situés et facilement cessibles. Cette levée de fonds, volontariste et dynamique, va permettre de renforcer notre structure financière tout en assurant un développement créateur de valeur. Nous répondons à un besoin de prise en charge de pathologies de plus en plus lourdes liées à la dépendance. En face de ce type de besoin, non "décalable" dans le temps, on constate une insuffisance de lits adaptés et de qualité.

Le rythme de croissance va s'accélérer ?

Cette année déjà, notre développement a représenté 3.700lits en France et à l'international, qui vont générer, à terme, un chiffre d'affaires de 100millions d'euros. Ainsi, entre 2010 et 2012, nous allons afficher une croissance sécurisée de 48%, contre 37% entre 2008 et 2010, nous permettant d'atteindre 1,425milliard d'euros en 2012. Cet objectif ne tient pas compte de nos nouvelles ressources. Toutefois, nous souhaitons maintenir un rythme raisonnable de développement, par autorisations et acquisitions, d'environ 3.000lits par an?, 50% de la levée de fonds sera consacrée au développement, le solde étant dédié au renforcement de nos fonds propres.

Vos cibles sont-elles à l'international ?

Les opportunités sont nombreuses en France. Sur 1.700établissements privés, près de 700 sont détenus par des indépendants qui pourraient être fragilisés par le resserrement du crédit et la nécessité d'investissements. En outre, le secteur associatif va voir ses subventions publiques s'éroder.

D'autre part, les prix sont plus attractifs du fait de la diminution du nombre d'acquéreurs. Nous allons continuer à nous développer en Italie, en Espagne et en Belgique, pays qui bénéficient d'une réglementation forte représentant une barrière à l'entrée importante. L'objectif est d'atteindre, dans chaque pays, une taille critique d'au moins 3.000lits, ce qui aura un impact positif mécanique sur les marges. Nous venons d'atteindre cette taille en Espagne et nous l'avons dépassée depuis peu en Belgique. Nos positions en Italie méritent encore d'être développées.

Quel impact pour le bilan ? Quelle est votre nouvelle force de frappe ?

Le ratio d'endettement net, rapporté aux fonds propres et quasi-fonds propres, va être ramené de 150% à 120%. Retraité de la dette immobilière, le levier financier se limitait à 3,6fois l'excédent brut d'exploitation au 30juin 2011, et 1,7fois après augmentation de capital, très loin des covenants (5,5) imposés par nos banques. Orpéa est désormais le plus important acteur dans le domaine de la prise en charge de la dépendance à l'échelle européenne. En plus de l'amélioration de la flexibilité financière liée à la levée de fonds, nous avons obtenu des lignes de crédit supplémentaires de 150millions, et signé un partenariat avec la société immobilière belge Cofinimmo. Grâce à cet accord, nous disposons d'une capacité d'investissement immobilier de 500millions sur cinq ans, auxquels s'ajoutent les 350millions de ressources nouvelles.

Quel est avantage de ce partenariat immobilier ?

Il permet de diversifier nos sources de financement. Nous créons une joint-venture qui sera détenue à 51% par Cofinimmo et 49% par l'OCPI d'Orpéa. Cette structure portera certains investissements immobiliers et facturera des loyers à Orpéa. Outre l'avantage d'un apport en cash plus limité sur les acquisitions d'actifs, le montant net de nos loyers à verser sera réduit grâce à la remontée des dividendes versés par la joint-venture.

Peut-on s'attendre une amélioration de la profitabilité ?

Nous avons démontré au premier semestre que nous pouvions préserver notre marge opérationnelle autour de 13%, malgré l'impact d'un niveau d'acquisitions sans précédent réalisé fin 2010 avec l'intégration de Mediter. Ce groupe de 5.000lits génère une rentabilité encore très inférieure à celle d'Orpéa mais dispose d'un potentiel très important lié aux lits en restructuration et en construction. L'amélioration de la performance opérationnelle pour les exercices à venir sera liée à la montée en puissance et l'arrivée à maturité progressive des nouveaux établissements récemment intégrés. La part des lits en développement, peu rentables, va se réduire. En effet, la proportion des lits en rénovation ou construction par rapport aux lits ouverts est actuellement de 33% contre 47% en 2009. Cet effet mécanique sur la rentabilité, conjugué aux nouveaux moyens issus de l'augmentation de capital, va donc largement compenser l'effet de dilution de l'opération.

Quelle est votre politique de dividende ?

Nous allons continuer à distribuer un dividende certes modeste mais en progression par rapport à celui versé au titre de 2010. Nous privilégions le développement dynamique et rentable du groupe, qui participe à la consolidation en cours de son secteur. Depuis l'introduction en Bourse en avril 2002 au prix (ajusté) de 6,40€, la création de valeur est substantielle?: l'action a quadruplé alors que le Cac40 a perdu près d'un tiers de sa valeur sur cette période.

Propos recueillis par Anne Barloutaud