• Compte Bancaire
    Jusqu'à 130€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    et d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016 :

       80€ offerts* pour votre Compte Bancaire
    + 50€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank
       *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 50€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/03/2017
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    100€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 16 janvier 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garantis en capital.
    *Offre soumises à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 31 janvier 2017

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un
    compte-titres, d'un PEA et/ou d'un
    PEA-PME jusqu'au 4 janvier 2017*
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    2 000 fonds
    Sans droits d'entrée

    Avec plus de 80 sociétés de gestion françaises
    et internationales référencées

  • Crédit conso
    Vos projets n'attendent pas !

    Exclusif : votre prêt personnel BforBank

    BforBank vous propose, avec son partenaire CréditLift,
    une solution de financement flexible qui s'adapte
    à vos envies, vos besoins et votre situation.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

      En savoir plus

  • L'argent, on en parle

Investir dans l’art : retour sur le bilan de la FIAC 2012

Le marché de l’art se porte bien. Il suscite l’intérêt d’acheteurs pas uniquement passionnés. Acquérir une œuvre peut être aussi un investissement à long terme, notamment pour les plus aisés. Repo...

fiac 2012 bilan investir art

L’édition 2012 de la FIAC (tenue des 24 au 27 octobre derniers) a marqué les esprits. Cette gigantesque vitrine parisienne de l’art contemporain s’est distinguée en mettant des œuvres percutantes sur le devant de la scène. Cette année, les visiteurs ont constaté une prédominance des monochromes et des abstractions. Des œuvres plus « trash » ont également été exposées même si elles sont restées minoritaires.

La volonté affichée des organisateurs était claire : faire regagner ses lettres de noblesse au salon, pour qu’il s’ouvre encore davantage au monde. Pari réussi : cette 39ème édition a attiré des acheteurs des quatre coins du globe, malgré le contexte de crise souvent décrié.

 

La FIAC 2012 en chiffres, c’est...

... un bon bilan, mesurable à cette métrique :

  • 70644 visiteurs en 5 jours dont 15.000 entrées lors de l’inauguration
  • Une hausse de 3,7% de la fréquentation par rapport à 2011
  • 182 galeries dont 121 étrangères
  • 25 pays représentés
  • Des enchérisseurs de plus de 40 pays

 

Ventes et négociations en hausse

Les amateurs et investisseurs se sont donc pressés aux portes de la FIAC pour admirer entre autres les œuvres du stand Denise René ou les mobiles d’Elias Crespin, qui se sont vendus en quelques heures seulement.

De leur côté, les galeristes ont eu la bonne surprise de voir leur volume d’affaires s’accroître. Il faut dire que le fameux amendement qui prévoyait d’intégrer les œuvres d’art dans l’ISF a finalement été rejeté le 19 octobre. Une décision qui a rassuré les acheteurs potentiels et ce qui a permis au marché de se maintenir en bonne santé. Toutefois, les galeristes présents ont constaté que les acheteurs négociaient de manière plus ardue que par le passé.

 

Choisir d’investir dans l’art contemporain

L’art contemporain est pour certains un achat coup de cœur, il est en tout cas souvent présenté comme tel. Pour autant, d’autres le voient comme un investissement à long terme. C’est dans tous les cas une valeur sûre en ces temps de crise. Il est en effet possible de réaliser de bonnes opérations financières en se tournant vers des œuvres vendues à partir de 20.000€ environ. C’est à ce prix que les portes du marché international s’ouvrent, notamment celles des grandes maisons de vente telles que Christie’s et Sotheby’s.

Si votre budget est limité, préférez sélectionner les meilleures œuvres d’artistes peu connus mais qui exposent régulièrement. N’hésitez pas à arpenter les galeries et si vous en avez les moyens, faites-vous conseiller par un expert en art contemporain. Pour la revente, les spécialistes conseillent d’attendre au minimum 5 ans, idéalement 12 ans avant d’agir. C’est en effet à cette date que la plus-value réalisée sera exonérée d’impôt.

 

La tendance du très haut de gamme

La FIAC édition 2012 a également été marquée par une tendance majeure : une forte attraction vers les valeurs sûres. Ce sont les œuvres les plus chères qui se sont le mieux vendues. Les galeristes ont su tirer les conclusions de cette tendance en se penchant davantage vers le très haut de gamme. Par exemple, la Galerie Yvon Lambert a cédé des pièces de Douglas Gordon jusqu’à 300.000$. De même, au sein de la galerie Paula Cooper, les transactions allant de 300.000 à 600.000$ ont été régulières et soutenues.

Certains galeristes ont même fait le choix de ne proposer qu’à leurs clients des œuvres d’une valeur supérieure au million d’€.  Le galeriste Vedovi a par exemple cédé un Calder à plus de 2,5 millions d’€. En clair, le marché de l’art n’a jamais été aussi élitiste. Revers de la médaille, les jeunes artistes, de leur côté, rencontrent davantage de difficultés à percer.

 

Pour prolonger : lire par exemple les notes consacrées à l'art, sur le blog "J'épargne et j'investis"