Investir à l’étranger : quelles questions devez-vous vous poser ?

Thaïlande, Maroc, Portugal, Espagne…Vous rentrez de vos vacances avec une idée en tête : vous offrir un pied à terre pour les vacances ou y couler des jours...

Investir à l’étranger

Acheter un bien à l’étranger pour les vacances ou en prévision de la retraite a beaucoup d’atouts. Espagne, Thaïlande,  Grèce, Croatie, Maroc, île Maurice… les lieux de villégiature paradisiaques sont légion. Ils ont aussi le mérite, à qualité égale, d’offrir des prix nettement plus attractifs qu’en France. Mais, acheter à l’étranger ne s’improvise pas.

Des prix très compétitifs

L’un des atouts de l’achat à l’étranger ? Les prix de l’immobilier. Durement touchés par la crise, plusieurs pays ont subi de sévères chutes ces dernières années. En Espagne, au Portugal et en Grèce, les valeurs ont parfois chuté de 50 à 60 % (10 à 20 % en bord de mer en France). Pour profiter de prix encore très attractifs, c’est donc le moment, d’autant que certains pays commencent à voir leur cote se redresser, à l’image du Portugal actuellement plébiscité par les seniors.

Une fiscalité parfois plus douce

Certains pays ont mis en place des régimes fiscaux de faveur pour attirer l’investissement étranger. Le Portugal a créé un régime à destination des seniors qui autorise les Français issus du secteur privé de ne payer aucun impôt sur leurs pensions de retraite durant 10 ans.

L’île Maurice a elle mis en place des régimes comme le RES (Real Estate Scheme) ou l’RS (Integrated Resort Scheme). Ils permettent d’obtenir le titre de résident permanent sur l’île dès 500 000 dollars de biens). Et si vous y vivez au moins 183 jours par an, vous bénéficiez d’une fiscalité très douce….

Le Maroc a aussi institué un régime de faveur pour les étrangers.

Frais annexes

Soyez par ailleurs attentif aux dépenses qu’un tel projet implique. Pensez aux frais de transports à débourser pour vous rendre dans votre résidence secondaire (ou venir en France) une ou plusieurs fois par an. Examinez aussi les dépenses d’entretien, de gardiennage… du bien. Certes, les salaires sont beaucoup moins élevés qu’en France mais ils deviendront récurrents. 

Ne vous précipitez pas pour signer

A l’étranger, l’achat immobilier est beaucoup moins balisé qu’en France. Le notaire est rarement obligatoire et les actes d’achat ne bénéficient pas forcément des protections françaises (avant contrat, délai de rétractation…).

En outre, que vous ne serez pas forcément propriétaire du terrain. Dans certains cas, vous n’aurez en effet qu’un droit de jouissance, ce qui pose problème pour une revente future. Dans tous les cas, avant de signer, prenez conseil auprès d’un notaire français. Bien souvent, il a des correspondants locaux qui pourront aider à déjouer de nombreux pièges. Un avocat peut également vous aider à rédiger le contrat.

Régime matrimonial et succession

Soyez prudent si vous comptez vous installer durablement dans le pays. En France, lorsque vous n’avez pas fait de contrat de mariage, le régime légal qui s’impose est celui de la communauté réduite aux acquêts. A l’étranger, vous pouvez très bien vous retrouver sous un autre régime légal (la séparation de biens par exemple). Pensez également au sort du bien détenu à l’étranger en cas de décès.

Questions pratiques

Pensez aussi à votre future vie sur place. Avec le même revenu, vous disposerez sans doute d’un train de vie nettement supérieur à celui de la France. Néanmoins, vérifiez que vous êtes en mesure de vous adapter au pays. Interrogez-vous sur sa stabilité politique et, hors zone euro, aux risques de fluctuations des cours de change. Côté soins, sachez que certains pays  vous obligeront à souscrire une assurance. Dans tous les cas, prenez une assurance rapatriement.

Découvrir aussi

Nos recommandations

S’il est important de raisonner en termes financiers, de nombreux autres critères doivent entrer en ligne de compte.

Avec la garantie de votre carte bancaire, vous pouvez vous faire rembourser certains de vos frais.

Votre enfant étudiant aimerait avoir un peu d’indépendance ? Vous disposez d’un patrimoine ? Aidez-le à se loger grâce au démembrement. 

Une étude confirme la réputation des Français : de grands épargnants mais réticents à investir leur épargne