C. Duflot : l'épargne préférée à l'immobilier de placement

C'est par la ministre de l'Egalité des territoires et du Logement que se confirment deux aspects de la politique du gouvernement Ayrault, sur l'épargne et l'immobilier.

La nouvelle ministre de l'Egalité des territoires et du Logement, Cécile Duflot http://www.gouvernement.fr/gouvernement/cecile-duflot , a confirmé dernièrement deux axes majeurs de la politique patrimoniale entreprise par le gouvernement Ayrault, selon le programme du président Hollande.

  • 1er axe sur l'épargne : sur le relèvement plafonds des livrets, annoncé " à l'issue de l'assemblée générale des bailleurs sociaux, (avec) l'intention du gouvernement de porter de 15.300 à 30.600 euros, le plafond du livret A et de 6.000 à 12.000 euros celui du LDD ". Elle évite en revanche la grande question de savoir " si ce doublement serait immédiat ou bien progressivement étalé sur plusieurs années ". Ce que les professionnels et experts du secteur souhaiteraient, pour étaler et lisser ses effets…
  • 2ème axe sur l'immobilier de placement : avec la fin du Scellier pour au plus tard le 31 décembre 2012. Nul doute que cette mesure devrait perturber quelque peu le marché immobilier, comme cela s'est passé –pour d'autres raisons- l'an dernier au sujet des plus-values immobilières. Le site BatiActu confirme en une réflexion pour " la mise en œuvre d'un dispositif de remplacement. " Et par ailleurs, son idée de "réaliser chaque année 150.000 logements sociaux", donnerait une coloration du futur programme de remplacement, qui aurait nécessairement une empreinte sociale.

Sur la forme, certains experts ont été surpris que la ministre prennent seule cette initiative par devant les responsables qualifiés de Bercy. Sans doute le résultat d'une phase de cadrage sur les périmètres précis des uns et des autres. Ce matin, l'information concernant le doublement du Livret A et du LDD a d'ailleurs été reprise par le Premier ministre sur BFMTV-RMC.

Réaction des professionnels

Les associations de défense ou de représentations réagissent déjà à ces propositions. Ils tentent d'en corriger par avance tout risque d'excès. Ce n'est pas un hasard, en vue des élections législatives et aussi pour inspirer les réflexions et ajustements en cours

Le président de l'Afer - Association Française d'épargne et de retraite - par exemple, Gérard Bekerman, signe dans son éditorial, cet appel à ne pas stigmatiser les épargnants : " Protégeons l'assurance-vie. Respectons-la car elle est le pilier financier de nos entreprises (920 milliards), le pilier patriotique de nos dettes (400 milliards), le pilier social pour faire face aux aléas de la vie et le pilier existentiel pour transmettre à notre conjoint, nos enfants et tous ceux qui nous sont proches ".

De son côté, la FFB - Fédération Française du Bâtiment - a diffusé 85 propositions pour placer le bâtiment au cœur de la politique gouvernementale. Parmi elles, on liste :

  • adapter le régime fiscal à l'investissement locatif ,
  • soutenir l'accession à la propriété,
  • mettre fin à l'empilement des normes et règlementations.

D'autres suggestions et propositions s'ajouteront sans doute prochainement.

L.D