• Compte Bancaire
    Jusqu'à 130€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    et d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016 :

       80€ offerts* pour votre Compte Bancaire
    + 50€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank
       *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 50€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/03/2017
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    100€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 16 janvier 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garantis en capital.
    *Offre soumises à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 31 janvier 2017

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un
    compte-titres, d'un PEA et/ou d'un
    PEA-PME jusqu'au 4 janvier 2017*
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    2 000 fonds
    Sans droits d'entrée

    Avec plus de 80 sociétés de gestion françaises
    et internationales référencées

  • Crédit conso
    Vos projets n'attendent pas !

    Exclusif : votre prêt personnel BforBank

    BforBank vous propose, avec son partenaire CréditLift,
    une solution de financement flexible qui s'adapte
    à vos envies, vos besoins et votre situation.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

      En savoir plus

  • L'argent, on en parle

Quelles réactions au plan Fillon ?

Depuis les annonces du Premier ministre François Fillon hier à midi, les réactions sont nombreuses que ce soit du côté des politiques, des syndicats ou de la société civile.

Quelles réactions au plan Fillon ?

A gauche : contre l'injustice de cette austérité

Peu avant l'intervention de François Fillon hier midi, Jean-Pierre Sapin — membre de la commission des finances de l'Assemblée nationale – dénonçait déjà sur Europe 1 la désindexation des prestations sociales estimant que la mesure était dangereuse.

Sapin moque "le père la rigueur" Fillon par Europe1fr

Dans la foulée, hier soir, François Hollande a répondu à François Fillon lors de son passage, lundi soir au JT de France 2.

Lire également l'article des Echos " Hollande dénonce des bricolages "

Les réactions se sont enchaînées depuis...

"Le plan annoncé par François Fillon est une véritable provocation sociale, une accélération fracassante et catastrophique dans l'austérité généralisée" d'après Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste.

Philippe Poutou, candidat du Nouveau parti anticapitaliste (NPA) s'en prend lui à la hausse de la TVA " l'impôt le plus injuste qui soit puisqu'il pèse indistinctement sur tous les consommateurs […] Une fois de plus, ce ne sont pas les banquiers et les financiers, les responsables de la crise, qui sont appelés à boucher le trou des 6 à 8 milliards d'euros à combler. Ce sont les salariés et les couches populaires qui devront payer la crise". (Lire l'intégralité de la déclaration).

Martine Aubry, première secrétaire du Parti socialiste estime que "Faute d'avoir le courage de s'attaquer à dix ans de gaspillages fiscaux, le gouvernement s'enferre dans une politique dangereuse pour l'économie et injuste socialement ". (En lire davantage).

Quant à Eva Joly, candidate Europe Ecologie-Les Verts (EELV) à la présidentielle, elle pense qu'un effort considérable est demandé aux Français et à nouveau, ce ne sont pas les plus riches qui vont le supporter. Ce sont les services publics, la santé, l'éducation, l'environnement, la sécurité et le logement social qui vont payer". (Lire sa tribune).

Réaction équivalente de Cécile Duflot, secrétaire nationale d'EELV qui juge qu'au-delà "des quelques mesures symboliques, l'effort va une nouvelle fois porter essentiellement sur les classes moyennes et populaires "

À droite : du plébiscite à la franche hostilité

Si Bayrou estime que ce plan n'est pas efficace "car il n'est pas suffisant" car il aurait dû demander davantage d'efforts aux plus favorisés ", Dupont-Aignan de "Debout la république" déclare, lui, que "ce plan est inutile, contre-productif et injuste". Jean-Louis Borloo accorde néanmoins quant à lui un soutien mitigé au gouvernement.

Sans surprise, l'UMP salue dans son ensemble des mesures jugées courageuses : " Nicolas Sarkozy, et le gouvernement sont au rendez-vous ", se félicite Sébastien Huyghe — Député du Nord et Secrétaire national de l'UMP. Quant à Marc-Philippe Daubresse — secrétaire général-adjoint de l'UMP – il explique que ce plan de rigueur " répartit équitablement les efforts en fonction des ressources de chacun "

Du côté du Front Nationale, Marine Le Pen dénonce un " enfumage " : " En poussant les Français à l'agonie économique et sociale, on précipite la chute du pays et l'explosion de la dette […] Celui qui promettait d'être le président du pouvoir d'achat est aujourd'hui le président du désespoir d'achat ". (En lire davantage).

Syndicats et associations n'excluent pas des mobilisations

Pour le milieu patronal, Laurence Parisot, présidente du Medef, salue l'accélération des réformes structurelles et se dit soulager que la hausse de l'impôt sur les entreprises ne s'applique pas aux TPE et PME. (Lire le communiqué du Medef).

Pour autant la Confédération générale des petites et moyennes entreprises se dit soucieuse de " l'augmentation du taux réduit de TVA (qui) impactera négativement les nombreux secteurs concernés au premier rang desquels se trouvent la restauration et le bâtiment, doublement frappé en ce qui le concerne par la disparition annoncée du dispositif Scellier ". (Lire le communiqué de la confédération)

Du côté des syndicats, Jean-Claude Mailly, secrétaire général de FO, a estimé sur RTL que le plan était "suicidaire" et que l'austérité risquait d'engendrer encore davantage d'austérité. (Réécouter son intervention de JC Mailly). Tandis que Bernard Thibault, sur la même fréquence, envisage une riposte.

Enfin, en ce qui concerne la société civile, l'association de consommateurs UFC-Que Choisir dénonce, elle, une Taxe Vache A lait qui va "renchérir des produits aussi essentiels que les médicaments en vente libre, les abonnements de gaz et d'électricité ou les transports publics. "

VK