• Compte Bancaire
    Jusqu'à 130€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    et d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016 :

       80€ offerts* pour votre Compte Bancaire
    + 50€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank
       *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 50€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/03/2017
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    100€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 16 janvier 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garantis en capital.
    *Offre soumises à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 31 janvier 2017

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un
    compte-titres, d'un PEA et/ou d'un
    PEA-PME jusqu'au 4 janvier 2017*
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    2 000 fonds
    Sans droits d'entrée

    Avec plus de 80 sociétés de gestion françaises
    et internationales référencées

  • Crédit conso
    2,50% TAEG

    Exclusif : votre prêt personnel BforBank

    Offre valable 14 novembre au 4 décembre 2016, réservée aux clients BforBank,
    pour toute demande de prêt personnel de 5 001 à 15 000€ entre 25 et 48 mois inclus.

    Vous remboursez 48 mensualités de 219,02, hors assurances facultative. Le montant
    total dû est de 10 512,96€. Le Taux Annuel Effectif Global (TAEG) fixe est de 2,50%.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

      En savoir plus

  • L'argent, on en parle

Réforme des retraites : l'Elysée penche en faveur d'une hausse de la CSG

L'exécutif ne veut pas alourdir le coût du travail. Le budget 2014 se bâtit sur une croissance à 0,8 %.

Logo Les Echos - hausse de la CSG pour financer les retraites

Renforcer la compétivité des entreprises

C'était a priori son dernier déplacement avant sa semaine de vacances. Le chef de l'Etat s'est rendu, hier, à Marly-le-Roi en région parisienne dans une entreprise de haute technologie, iXBlue, spécialisée dans l'instrumentation optique et acoustique pour les applications marines et spatiales. L'occasion pour lui de mettre en avant les efforts faits par le gouvernement pour renforcer la compétitivité des entreprises. Notamment à travers le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (Cice). « S'il n'y a pas d'innovation, s'il n'y a pas de compétitivité des entreprises, il ne peut y avoir de créations durables d'emplois », a-t-il insisté.

C'est pour cette raison que l'exécutif devrait renoncer à relever les cotisations dans le cadre de la réforme des retraites qui sera arrêtée à la fin du mois, comme le lui demande depuis des semaines le patronat. Selon nos informations, l'Elysée pencherait désormais clairement en faveur d'un relèvement de la CSG à la place. « Accroître le coût du travail au moment où les entreprises commencent à bénéficier du Cice serait contradictoire », explique-t-on dans l'entourage de François Hollande. Ce qui ne veut pas dire que rien ne sera exigé des entreprises : « Un effort leur sera demandé, comme à l'ensemble des Français, comment pourrait-il en être autrement ? » ajoutent ses proches. Mais « plutôt sur le capital que sur le travail ».

Elections en ligne de mire

Il ne faut surtout pas mettre en péril, selon l'exécutif, la « reprise » économique qui se dessinerait. Celle-ci est encore très « fragile », reconnaît le président, qui se veut toutefois résolument « confiant ». Le budget 2014 est préparé, pour le moment, sur une hypothèse de croissance prudente de 0,8 % et non de 1,2 % comme prévu précédemment. Un chiffre qui pourrait être revu très légèrement en fonction des statistiques du PIB pour le deuxième trimestre, que dévoilera l'Insee la semaine prochaine.

Les arbitrages sur le budget sont dans la dernière ligne droite. Et ils pourraient bien décevoir les écologistes. Selon nos informations, les mesures de fiscalité verte seraient inférieures, l'an prochain, à 1 milliard d'euros. Alors qu'elles doivent, à terme (2016), financer à hauteur de 3,5 milliards le Cice. « C'est le mouvement plus que la somme qui compte », plaide-t-on au sein de l'exécutif. Pas question, surtout, de prendre des mesures trop impopulaires avant les élections municipales, européennes et sénatoriales de l'an prochain.

Stéphane Dupont