Economies d'énergie : calculer le montant des aides

En matière d'économies d'énergie, un site spécialisé aide à s'y retrouver. Différentes simulations sont en effet possibles sur www.calculeo.fr

Economies d'énergie : calculer le montant des aides

Difficile pour les particuliers de connaître toutes les aides et leurs critères d'application dans le domaine du développement durable. L'Etat, l'ANAH, les régions, les départements, les communautés de communes ou d'agglomérations, les communes soutiennent financièrement les actions des particuliers en faveur de ce secteur. De plus, comme ces coups de pouce financiers dépendent de plusieurs critères, il n'est pas toujours aisé de comprendre s'ils y ont droit ou non.

Face à ce constat, le site gratuit www.calculeo.fr présente un calculateur permettant aux internautes de réaliser une simulation personnalisée en fonction de leur code postal et de leur situation de famille. Une large partie des aides financières en faveur du développement durable figure donc dans ce calculateur simple d'utilisation. Même s'il manque pour le moment les aides émanant des communes, ce trou devrait être comblé à terme. Il est également possible de réaliser des simulations fiscales en tenant compte des avantages accordés dans ce domaine.

A ce jour, les interrogations des internautes portent essentiellement sur les subventions liées à l'isolation pour améliorer la performance énergétique de leur logement. Il s'agit notamment d'isolation des murs et des combles, d'installation de fenêtres à double vitrage, de panneaux solaires et de géothermie. Une fois que les candidats aux travaux d'économies d'énergie ont évalué le montant des aides auxquelles ils peuvent prétendre, ils sont en mesure de mettre en oeuvre leur projet. Une manière de concrétiser les défis du Grenelle de l'environnement.

Le hit parade des travaux

Se basant sur le montant de l'éco PTZ, les propriétaires immobiliers semblent prêts à consacrer un budget d'environ 20.000 voire 30.000 euros pour améliorer la consommation énergétique de leur résidence principale. Dans le hit parade des travaux envisagés figurent les fenêtres double (triple). Cette installation revient en moyenne 6.800 euros dans un appartement, 9.700 euros dans une maison de ville et se chiffre même en moyenne à 24.300 euros dans une maison individuelle, si l'on se réfère aux devis transitant par ce site spécialisé. En seconde position arrive l'isolation thermique des murs représentant une dépense de l'ordre de 10.000 euros, quel que soit le type de logement. En troisième position se trouve la chaudière à condensation. Cet équipement tourne autour de 5.200 euros dans un appartement et grimpe jusqu'à 12.100 euros dans une maison de ville.

Un constat s'impose : ces travaux de mise à niveau énergétique des logements risquent de se révéler plus coûteux pour les propriétaires de maisons individuelles que pour les copropriétaires. Dans un immeuble, les frais sont en effet partagés entre les différents occupants, ce qui diffère dans l'habitat individuel. Enfin une précaution s'impose : mieux vaut être très vigilant sur les promesses d'économies annoncées par les installateurs d'équipements liés au développement durable. Et pour vérifier leurs propos, il ne faut pas hésiter à leur demander des références.

Martine DENOUNE