Pouvoir d'achat et épargne : les préoccupations des Français

Un nouveau sondage Viavoice-BPCE Les Echos/France Info éclaire l'état d'esprit actuel des Français : moins de dépenses, plus d'épargne de précaution. Comportement logique en période de crise…

Pouvoir d'achat et épargne : les préoccupations des Français

La capacité d'épargne des ménages se détermine, on le sait, une fois les dépenses structurelles (prêt immobilier par exemple) et les dépenses courantes (achats alimentaires) endossées. On sait aussi le contexte de crise économique qui grève, depuis un an environ, les capacités financières de ces même ménages… Chômage, inflation sont passés par là pour rogner peu à peu les marges de manoeuvre.

Selon un sondage Viavoice-BPCE tiré du baromètre réalisé pour le journal Les Echos et France Info, le tableau n'est guère reluisant sur l'état d'esprit des Français. En effet :

Inquiets et donc épargnants

Ce contexte est à apprécier avec le soucis de maintenir une épargne de précaution, comme le prévoient les économistes et experts de Bercy pour 2012. En gros : on dépense moins, on met autant sinon plus d'argent de côté (quand on le peut) pour préparer des jours peut être encore plus difficiles , c'est somme toute assez logique.

Cette approche prudente pour ne pas dire "prudentielle" et défensive, se manifeste au sein d'une sorte de "particularisme français", remarqué dans le contexte européen : " Les Français comptent parmi les Européens qui épargnent le plus (16 % de leur revenu en moyenne en 2010, soit 207 milliards d'euros). Et un point d'épargne représente quelque 13 milliards par an, soit un peu plus de 0,6 point de PIB ", commente Les Echos.

Un manière de souligner combien l'épargne n'est pas une masse monétaire stérile et encombrante, mais au contraire un vrai levier de croissance économique.

Pour prolonger : consulter la synthèse du sondage sur le site bpce.fr, et le baromètre complet en tableaux.

L.D.