• Compte Bancaire
    Jusqu'à 130€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    et d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016 :

       80€ offerts* pour votre Compte Bancaire
    + 50€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank
       *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 50€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/03/2017
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    100€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 16 janvier 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garantis en capital.
    *Offre soumises à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 31 janvier 2017

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un
    compte-titres, d'un PEA et/ou d'un
    PEA-PME jusqu'au 4 janvier 2017*
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    2 000 fonds
    Sans droits d'entrée

    Avec plus de 80 sociétés de gestion françaises
    et internationales référencées

  • Crédit conso
    Vos projets n'attendent pas !

    Exclusif : votre prêt personnel BforBank

    BforBank vous propose, avec son partenaire CréditLift,
    une solution de financement flexible qui s'adapte
    à vos envies, vos besoins et votre situation.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

      En savoir plus

  • L'argent, on en parle

Retraite : le poids des inégalités hommes-femmes

Quel est le poids réel des inégalités de pension de retraite entre les hommes et les femmes ?

Retraite : le poids des inégalités hommes-femmes

Le sujet ne fait plus polémique car les pouvoirs publics en sont conscients et qu’il n’est pas une réforme depuis les années 1990 qui cherchent à les réduire.

Les inégalités femmes-hommes subsistent malgré tout et il reste fort à faire pour arriver à une égalité parfaite. La première inégalité a tout d’une triple peine !

Les femmes d’abord, vivent plus longtemps que les hommes - 7 ans en moyenne.  Leur santé ensuite est plus fragile et à 60 ans, l’écart entre leur espérance de vie sans incapacité et celle des hommes n’est que 16 mois.

Enfin, au moment de leur cessation d’activité, même si l’écart s’est réduit ces dernières années - il était encore de 45 % en 2006 -, elles touchent une pension inférieure de 42 % à celle des hommes. On en connaît les raisons : les femmes sont, pour de multiples raisons, nettement moins bien rémunérées tout au long de leur carrière professionnelle et de plus, elles sont un grand nombre à choisir - au mieux - ou à être contraintes à travailler à temps partiel au moins à certaines périodes de leur vie.

Elles sont nombreuses à avoir des carrières incomplètes et à subir de ce fait des décotes de leur pension. Les maternités, l’éducation des enfants à laquelle elles se consacrent plus souvent que les hommes, expliquent qu’elles n’arrivent pas toujours à « boucler » leur nombre d’années nécessaires pour bénéficier d’une pension à taux plein à l’âge légal. Statistiquement, les femmes doivent ainsi travailler plus tard que les hommes. Sait-on d’ailleurs qu’elles prennent leur retraite une année plus tard que les hommes, en moyenne.

Retraite : pallier les inégalités

Pour pallier ces inégalités, la réforme 2013 prévoit que les droits à retraite seront renforcés pour les 3,5 millions de femmes qui travaillent à temps partiel grâce à l’abaissement du seuil de validation des trimestres et la possibilité de reporter des cotisations non utilisées pour valider un trimestre. De plus, l’amélioration du minimum contributif dès le 1er janvier 2014 bénéficiera principalement aux femmes. Enfin, la majoration de pension de 10 % aujourd’hui réservée aux parents de plus de 3 enfants et qui dans les faits bénéficie essentiellement aux hommes sera progressivement transformée en majoration forfaitaire dès le premier enfant et devrait bénéficier principalement aux femmes qui sont les premières concernées par les interruptions d’activité. Ce dispositif profitera aux assurés qui prendront leur retraite à partir de 2020.

À noter
Réformer les retraites n’est pas tout. Pour que les inégalités femmes-hommes en fin de vie professionnelle soient vraiment réduites, il faut aussi que l’égalité dans les parcours de carrière soit, pour le gouvernement comme pour les entreprises, une priorité des politiques de l’emploi.