• Compte Bancaire
    Jusqu'à 130€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    et d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016 :

       80€ offerts* pour votre Compte Bancaire
    + 50€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank
       *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 50€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/03/2017
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    100€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 16 janvier 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garantis en capital.
    *Offre soumises à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 31 janvier 2017

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un
    compte-titres, d'un PEA et/ou d'un
    PEA-PME jusqu'au 4 janvier 2017*
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    2 000 fonds
    Sans droits d'entrée

    Avec plus de 80 sociétés de gestion françaises
    et internationales référencées

  • Crédit conso
    Vos projets n'attendent pas !

    Exclusif : votre prêt personnel BforBank

    BforBank vous propose, avec son partenaire CréditLift,
    une solution de financement flexible qui s'adapte
    à vos envies, vos besoins et votre situation.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

      En savoir plus

  • L'argent, on en parle

La retraite des salariés du secteur privé

Le régime général de retraite des salariés du privé est géré par la Caisse nationale d'assurance vieillesse (Cnav). Il est constitué d'un régime de base et d'un régime complémentaire obligatoire.

La retraite des salariés du secteur privé

Retraite obligatoire des salariés du secteur privé

La retraite de base des salariés du privé relève du régime général de la sécurité sociale, géré par la Caisse nationale d'assurance vieillesse (Cnav). Les retraites complémentaires obligatoires sont gérées, de leur côté, par l'Arrco pour les non-cadres et par l'Arrco et l'Agirc pour les cadres.

 

  • Retraite de base

- Cotisations

Les cotisations versées par l'employeur s'élèvent à 8,3% du salaire limité au Plafond annuel de la Sécurité sociale (Pass) et à 1,6% au-delà. Les cotisations versées par le salarié, prélevées à la source sur le salaire brut, s'élèvent à 6,65% du salaire limité au Pass et à 0,1% au-delà.

- Montant de la retraite

Au taux plein, le montant de la retraite de base est de 50% de la moyenne des meilleures années (entre 10 et 25 ans suivant l'année de naissance), limité au Pass, soit 36.372 euros pour 2012. (voir l'article consacré au calcul de la retraite)

- Durée de cotisation

Depuis la réforme des retraites de 2010, pour disposer d'une retraite à taux plein (50%) il faut avoir cotisé un certain nombre de trimestres selon l'année de naissance*. Certaines périodes (service militaire, congés maternité, périodes de chômage, arrêts maladie, accident, etc.) peuvent être comptabilisées sous certaines conditions.

Sous réserve du respect de certaines conditions, le rachat de trimestres permet de réintégrer dans la comptabilisation certaines périodes non-cotisées, dans une limite de 12 trimestres et ce, dans 2 cas : le rachat des années d'études et le rachat pour compléter des années. (voir l'article consacré au rachat de trimestres)

Quant aux salariés qui ont cotisé davantage de trimestres que le nombre requis pour obtenir une retraite à taux plein, ils bénéficient d'un système de surcote du montant de leur retraite.

 

  • Retraite complémentaire obligatoire

- Retraite des salariés non-cadres

La retraite complémentaire obligatoire est égale au nombre de points Arrco acquis multiplié par la valeur de ce point ayant cours au jour de la liquidation des droits à la retraite. Cette valeur est égale à 1,2414 euros en 2012. Le nombre de points dépend du nombre de trimestres acquis.

- Retraite des cadres

En plus de la retraite complémentaire Arrco, les cadres bénéficient de la retraite complémentaire Agirc qui est égale au nombre de points Agirc acquis multiplié par la valeur de ce point ayant cours au jour de la liquidation des droits à la retraite. Cette valeur est égale à 0,4330 euros en 2012. Le nombre de points dépend du nombre de trimestres acquis.

 

Solutions de retraite surcomplémentaires pour les salariés du secteur privé

 

Pour compléter leurs revenus de retraite, les salariés ont intérêt à souscrire des produits d'épargne en partie défiscalisés, ou bénéficiant d'une fiscalité privilégiée.

 

  • Epargne retraite

La notion d'épargne retraite inclut les contrats collectifs (de type Perco), souscrits par les entreprises, et des contrats individuels (de type Perp), souscrits à titre personnel.

 

  • Les placements en vue de la retraite

Certains placements n'ont pas pour objectif premier de préparer la retraite mais constituent de bons outils de capitalisation en vue de bénéficier d'un revenu complémentaire futur :

- l'assurance-vie : la sortie en rente d'un contrat en cas de vie peut être prévue durant la période de retraite. De même, l'utilisation réfléchie des possibilités de rachats ou retraits peut permettre de constituer un complément de revenu durant la retraite ;

- l'immobilier locatif est un autre moyen de compléter sa retraite, tout en profitant de dispositifs de défiscalisation ;

- la tontine consiste à adhérer à une association pour investir en commun. La sortie s'effectue en rente.

 

Fiscalité de la retraite des salariés du secteur privé

 

  • Fiscalité des cotisations

Les cotisations versées aux régimes obligatoires (de base ou complémentaires) n'entrent pas dans le calcul de l'Impôt sur le revenu (IR). Les cotisations versées à des régimes complémentaires facultatifs (Perp par exemple) sont déductibles du revenu net global, sous certaines conditions et limites. (voir l'article consacré au Perp)

 

  • Fiscalité des pensions

Les pensions perçues au titre du régime général sont soumises aux prélèvements sociaux et imposables au titre de l'IR. Les rentes perçues au titre des dispositifs complémentaires sont fiscalement traitées selon les règles régissant les différents produits d'épargne retraite. (voir l'article consacré à la fiscalité des pensions de retraite complémentaires)

 

* 1950 : 162 trimestres, 1951 : 163 trimestres, 1952 : 164 trimestres, 1953 et 1954 : 165 trimestres, 1955 : 166 trimestres