La psychologie de l'argent, quel profil êtes-vous ?

Econome, dépensier ou prodigue ? Loin d’être anodin, notre rapport à l’argent en révèle autant sur nous que sur notre éducation.

La psychologie de l'argent, quel profil êtes-vous ?

Les grands profils financiers se décryptent grâce à la psychologie de l’argent, pour mieux se comprendre sa personnalité et mieux gérer son budget !

Les économes

Certains parlent d’avare, quand le terme économe serait plus adapté : mettre de côté, amasser, cacher l’argent sont autant de manifestations d’un même comportement. Vous avez peur de manquer, comptez chaque dépense, angoissez sitôt que le niveau de votre épargne baisse ? Vous détestez payer, ou économisez sans jamais investir ?

Quel que soit la profondeur des symptômes, vous appartenez aux économes, ceux pour qui l’argent est gage de sécurité… et d’angoisse, la quantité amassée n’étant jamais suffisante pour éradiquer la menace. Poussé à l’extrême, ce comportement devient obsessionnel et l’argent une partie intégrante de la personnalité : perdre, donner ou investir de l’argent revient à perdre une partie de soi-même.

Les dépensiers

Vous adorez offrir des cadeaux, parfois au prix d’un léger découvert ? Vous perdez tout contrôle devant un panneau soldes ou achetez en ligne à longueur de journée ? Dans la famille des dépensiers, on compte aussi bien les acheteurs compulsifs que les prodigues.

Dans les deux cas, l’argent est source de compensation : l’acte d’achat procure un plaisir furtif ou atténue un sentiment de détresse, tandis que le fait de dépenser pour les autres crée l’illusion d’être aimé. L’argent est, inconsciemment, perçu comme un gage de réussite et un prolongement de soi-même, capable de procurer une ivresse allant parfois jusqu’à la dépendance.

Les excessifs chroniques

Vous flambez en début de mois, terminez à découvert, amassez furieusement le mois suivant puis dépensez tout en cadeaux… Entre mise en danger et économies d’écureuil, vous passez apparemment d’un profil à l’autre sans parvenir à trouver l’équilibre. La réalité ? La plupart des profils indécis révèlent un rapport complexé à l’argent, une culpabilité à en gagner ou une gêne à en réclamer.

Une difficulté à se placer dans le monde financier qui résulte, généralement, des croyances intégrées en grandissant : une majorité de comportements instables face à l’argent reproduisent un schéma intégré dans l’enfance, ou agissent en opposition. La solution ? Faire le point sur ses blocages inconscients, seul ou en thérapie, pour apaiser un comportement subtilement négatif, voire totalement excessif.