• Compte Bancaire
    Jusqu'à 130€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    et d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016 :

       80€ offerts* pour votre Compte Bancaire
    + 50€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank
       *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 50€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/03/2017
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    100€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 16 janvier 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garantis en capital.
    *Offre soumises à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 31 janvier 2017

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un
    compte-titres, d'un PEA et/ou d'un
    PEA-PME jusqu'au 4 janvier 2017*
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    2 000 fonds
    Sans droits d'entrée

    Avec plus de 80 sociétés de gestion françaises
    et internationales référencées

  • Crédit conso
    Vos projets n'attendent pas !

    Exclusif : votre prêt personnel BforBank

    BforBank vous propose, avec son partenaire CréditLift,
    une solution de financement flexible qui s'adapte
    à vos envies, vos besoins et votre situation.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

      En savoir plus

  • L'argent, on en parle

Exit tax : comment la contourner

Des marges de manoeuvre existent pour les candidats à la délocalisation.

Contourner exit tax

Une "exit tax" (19 % d'impôts + 13,5 % de prélèvements sociaux) a été instaurée depuis le 3 mars 2011. Elle porte sur les plus-values latentes de cession de titres de sociétés (participations supérieures à 1,3 million d'euros ou d'au moins 1 % des titres d'une société) au moment du départ à l'étranger.

Il est possible d'obtenir un sursis (selon le pays de destination, ou en cas de dépôt de garantie). "Même si ce régime paraît dissuasif, il laisse suffisamment de marge de manoeuvre pour ne pas décourager les candidats à la délocalisation", note Sandrine Quilici, directrice de l'ingénierie patrimoniale chez Pictet.

Ainsi, avant le départ, il est possible d'apporter ses titres à un holding situé à l'étranger, s'il est envisagé de les donner à ses enfants par la suite. Enfin, l'impôt disparaît au bout de huit ans d'exil. Mais les prélèvements sociaux restent dus (13,5 % en 2011).

Edouard LEDERER