• Compte Bancaire
    Jusqu'à 130€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    et d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016 :

       80€ offerts* pour votre Compte Bancaire
    + 50€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank
       *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 50€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/03/2017
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    100€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 16 janvier 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garantis en capital.
    *Offre soumises à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 31 janvier 2017

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un
    compte-titres, d'un PEA et/ou d'un
    PEA-PME jusqu'au 4 janvier 2017*
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    2 000 fonds
    Sans droits d'entrée

    Avec plus de 80 sociétés de gestion françaises
    et internationales référencées

  • Crédit conso
    Vos projets n'attendent pas !

    Exclusif : votre prêt personnel BforBank

    BforBank vous propose, avec son partenaire CréditLift,
    une solution de financement flexible qui s'adapte
    à vos envies, vos besoins et votre situation.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

      En savoir plus

  • L'argent, on en parle

Une donation avant de vendre sa société

Cette option est désormais plus coûteuse, mais toujours aussi efficace.

Donation, transmission-cession avant vente société

La cession de société est souvent l'occasion pour le chef d'entreprise de s'interroger sur la transmission de son patrimoine au profit de ses enfants et de les faire bénéficier d'une partie des fonds dégagés par l'opération.

Inverser les opérations

Cette transmission, si elle est jugée opportune, peut, bien sûr, porter sur le prix de cession de l'entreprise après la vente de celle-ci. Mais le chef d'entreprise peut aussi procéder différemment en inversant les opérations, à savoir transmettre par donation à ses enfants une partie des titres sociaux représentatifs de l'entreprise dans un premier temps, afin que ces derniers procèdent à la cession des titres reçus dans un second temps, et encaissent directement le prix de vente auprès de l'acquéreur.

Effacer la plus-value initiale

En procédant à la donation préalablement à la cession de l'entreprise, le chef d'entreprise bénéficie d'un gain fiscal en termes d'impôt sur la plus-value. La donation préalable permet, en effet, de fixer un nouveau prix de revient aux titres sociaux, ayant pour conséquence, lors de la revente par les enfants, de "gommer" la plus-value taxable.

Prenons l'exemple de titres sociaux qui ont été acquis pour 50. Au moment de la donation aux enfants, les titres valent le double, soit 100. Les enfants reçoivent ces titres pour 100 et les revendent dans la foulée pour 100 également. Résultat : la plus-value est nulle et l'opération a permis de gommer les 50 de plus-value réalisés par le chef d'entreprise. Sous réserve du respect de certaines précautions, une telle opération n'est nullement constitutive d'un abus de droit.

Les droits de donation en hausse

La première loi de finances rectificative pour 2011, entrée en vigueur au 31 juillet dernier, ne modifie pas l'intérêt des donations avant cession. Certes, les droits de donation ont été augmentés (hausse de 5 points des deux dernières tranches du barème et suppression des réductions de droits), mais cette augmentation concerne l'ensemble des donations, qu'elles portent sur les liquidités issues de la cession de l'entreprise ou sur les titres eux-mêmes.

Gain inchangé pour la plus-value

En revanche, la réforme ne modifie en rien l'avantage résultant de la revalorisation du prix de revient des titres pour le calcul de la plus-value imposable. Aussi, dès lors que le chef d'entreprise estime opportun de transmettre une partie de son patrimoine à ses enfants malgré la hausse des droits de donation résultant de la réforme, les donations avant cessions conservent tout leur intérêt.

Jean-François DESBUQUOIS