• Compte Bancaire
    Jusqu'à 130€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    et d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016 :

       80€ offerts* pour votre Compte Bancaire
    + 50€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank
       *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 50€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/03/2017
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    100€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 16 janvier 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garantis en capital.
    *Offre soumises à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 31 janvier 2017

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un
    compte-titres, d'un PEA et/ou d'un
    PEA-PME jusqu'au 4 janvier 2017*
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    2 000 fonds
    Sans droits d'entrée

    Avec plus de 80 sociétés de gestion françaises
    et internationales référencées

  • Crédit conso
    Vos projets n'attendent pas !

    Exclusif : votre prêt personnel BforBank

    BforBank vous propose, avec son partenaire CréditLift,
    une solution de financement flexible qui s'adapte
    à vos envies, vos besoins et votre situation.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

      En savoir plus

  • L'argent, on en parle

S'installer en France : une aubaine fiscale ?

La perspective de quitter Londres pour Paris avec Mary et leurs 2 enfants ne l'enchantait guère. Quel serait le coût fiscal avec 1 salaire brut de 350 K€ augmenté d'1 prime d'impatriation de 150 K€ ?

France, aubaine fiscale

Il bénéficierait des règles fiscales incitatives pour les salariés ou mandataires sociaux, rattachés auprès d'une entreprise établie en France et n'ayant pas été résidents fiscaux pendant les cinq années qui précèdent leur installation. Sa prime d'impatriation serait exonérée avec une exonération supplémentaire de 2/5ème de sa rémunération totale du fait des deux jours par semaine passés à l'étranger. Il serait ainsi soumis à une imposition effective à l'impôt sur le revenu de 12,6%.

La réglementation européenne lui permettrait de rester sous le régime de cotisations sociales du pays d'origine pendant deux ans avec prolongement possible - une solution également applicable aux ressortissants d'un pays hors Union européenne qui aurait signé une convention de Sécurité sociale avec la France, comme les Etats-Unis. Seules les charges sociales dues au Royaume-Uni pour un montant de... 9.000 euros (salarial) seraient dues sans CSG-CRDS sur le salaire. Ces cotisations seraient déductibles du revenu français. Au total, il serait soumis à une imposition effective totale de 14%, contre 40 % à 43 % pour un résident fiscal non impatrié.

Côté placements, le régime de l'impatriation permettrait de soustraire à l'impôt sur le revenu 50% des revenus passifs provenant de l'étranger sur la même période. Sont concernés intérêts, dividendes (voire redevances) et certaines plus-values dès lors que le paiement est assuré par une personne établie dans l'Union européenne ou dans un pays ayant signé avec la France une convention fiscale.

Quid du patrimoine ? Surtout le laisser à l'étranger : la famille sera exonérée d'ISF pendant les cinq premières années, n'ayant pas été résidente au cours des cinq années civiles précédant son installation.

Michel Collet Avocat Associé, Département fiscalité internationale, CMS Bureau Francis Lefebvre