• Compte Bancaire
    Jusqu'à 130€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    et d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016 :

       80€ offerts* pour votre Compte Bancaire
    + 50€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank
       *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 50€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/03/2017
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    100€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 16 janvier 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garantis en capital.
    *Offre soumises à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 31 janvier 2017

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un
    compte-titres, d'un PEA et/ou d'un
    PEA-PME jusqu'au 4 janvier 2017*
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    2 000 fonds
    Sans droits d'entrée

    Avec plus de 80 sociétés de gestion françaises
    et internationales référencées

  • Crédit conso
    Vos projets n'attendent pas !

    Exclusif : votre prêt personnel BforBank

    BforBank vous propose, avec son partenaire CréditLift,
    une solution de financement flexible qui s'adapte
    à vos envies, vos besoins et votre situation.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

      En savoir plus

  • L'argent, on en parle

Hollande : quelle politique sur le patrimoine des Français ?

Si les premiers dossiers du gvt Ayrault ciblent fiscalité et retraites, l'argent, l'épargne et les finances persos n'ont pas été oubliées. S'esquisse 1 politique de redistribution mesurée.

Hollande : quelle politique sur le patrimoine des Français ?

L'enjeu de la bonne gestion de l'épargne nationale est de taille. Surtout quand on rappelle que la "manne" financière de l'épargne pèse rien moins que 16 % du revenu des Français en 2010, soit 207 milliards d'euros. Et qu'il s'agit aussi sur un autre versant de renforcer ces amortisseurs naturels face à la crise et au chômage perdurant.

Déjà, en terme d'équipe, François Hollande et le premier ministre Jean-Marc Ayrault ont su s'entourer des experts qualifiés pour traiter les questions d'épargne, et plus globalement de "l'argent des Français". Si le casting de l'équipe de Bercy a créé, au début, une surprise avec Pierre Moscovici positionné en "patron" global (plutôt que Michel Sapin), c'est bien Jérôme Cahuzac, expert de longue date de ces questions, qui récupère le budget. Mais pour impacter sur les finances des Français, il devra partager cette charge avec plusieurs autres "sensibilités" dont Benoit Hamon, à l'économie sociale et solidaire (l'idée du partage).

 

Messages et symboliques

Avant de déployer ses actions, l'équipe de Bercy prend des premières décisions symboliques et place des repères. Par la base déjà, avec le relèvement annoncé du Smic : "un coup de pouce qui devra rattraper sans déstabiliser les entreprises (…) notamment les petites et moyennes aujourd'hui dans une difficulté de compétitivité", précise mardi 29 mai le président Hollande sur le plateau de France 2.

Pour autant, les hauts revenus et grand patrimoine restent "fixés". Déjà du côté de la fiscalité, mais aussi des règles de mesure dont l'État veut donner l'exemple. Hier a été confirmé la limitation des salaires des grands patrons du secteur public, selon la règle "le plus haut salaire de l'entreprise n'excède pas 20 fois le plus bas salaire". L'idée est de faire exemple pour les patrons du privé.

Rigueur ne veut pas dire raideur. Ainsi, pour J. Cahuzac de proposer des aides aux propriétaires immobiliers touchés par les inondations de Meurthe-et-Moselle. Le message est clair : on prend en compte les propriétaires, ils ne sont pas délaissés.

 

Traditionnel livret A

En terme de produit financier visé, la première action est conforme au programme du candidat. Ainsi touche-elle le "produit d'épargne préféré des Français", comme souvent dit dans la presse patrimoniale : le livret A.

Concernant ce livret, le gouvernement envisage ainsi de "doubler le plafond (...) de 15.300 à 30.600 euros". Une mesure qui inquiète cependant les spécialistes, craignant qu'elle déstabilise le marché. Selon Christian Noyer par exemple, gouverneur de la Banque de France, rapporte Le Figaro, ce doublement du plafond pourrait inciter des épargnants à délaisser l'assurance-vie.

C'est pourquoi il a demandé que cette mesure soit appliquée de manière à laisser aux banques et aux assureurs le temps de s'ajuster "sans être mis sous tension".