Assurance-vie et fiscalité : les enjeux de la réforme

Dans un article publié le 4 avril 2011, Capital.fr revenait sur le bras de fer qui opposait l'État et les acteurs de l'assurance-vie.

Assurance-vie et fiscalité, les enjeux réforme BforBank

Les tensions ont vu le jour début mars, lorsque François Baroin a suggéré d'augmenter les prélèvements sur les contrats d'assurance-vie. Quand d'autres rumeurs, relayées notamment par Les Echos, ont annoncé que l'Élysée envisageait de relever les taxes sur les plus-values latentes, la Fédération française des sociétés d'assurances a vu rouge.

Depuis ces différentes annonces, le secteur des assurances-vie s'inquiète d'une fuite des épargnants. Des craintes tangibles dans la mesure où les Français placent déjà moins d'argent sur leurs assurances-vies depuis trois mois.

24% des Français fermeraient leur contrat…

Pour mieux faire entendre son message, la fédération a commandé une enquête à Ipsos et Logica Business Consulting. D'après l'analyse livrée sur le site de la fédération, "les Français sont circonspects face au projet de réforme fiscale". 82% des personnes interrogées estiment que ce projet ne permettra pas d'améliorer la situation de leur propre foyer, 71% sont d'accord avec l'idée selon laquelle cette réforme profitera avant tout aux gens les plus aisés.

De plus, l'analyse souligne qu'un durcissement du régime fiscal de l'assurance-vie, conduirait 59% des souscripteurs à envisager un changement de leur stratégie d'épargne, en privilégiant d'autres supports d'épargne (35%) ou en fermant leur contrat Assurance Vie (24%).