• Compte Bancaire
    Jusqu'à 130€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    et d'un Livret jusqu'au 27 avril 2017 :

       80€ offerts* pour votre Compte Bancaire
    + 50€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank
       *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 50€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/07/2017
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 27 avril 2017
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    150€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 27 avril 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garantis en capital. 
    *Offre soumise à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 30 juin 2017 et 50€ offerts

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un compte-titres, 
    d'un PEA et/ou d'un PEA-PME jusqu'au 02 mai 2017* 
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    50€ offerts *
    et 1 000€ de courtage remboursés *

    jusqu'au 30/06/2017 pour une 1ère ouverture
    ou transfert d'un compte-titres, d'un PEA
    et/ou d'un PEA-PME jusqu'au 02 mai 2017

    *Offre soumise à conditions

  • Crédit conso
    Vos projets n'attendent pas !

    BforBank vous propose, avec son partenaire CréditLift,
    une solution de financement flexible qui s'adapte
    à vos envies, vos besoins et votre situation.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

     

  • L'argent, on en parle

Assurance-vie : ce que veut Emmanuel Macron

Emmanuel Macron souhaite réformer le régime fiscal « en cas de vie » de l’assurance-vie.

macron assurance vie

Le candidat du mouvement En marche a dévoilé les grandes lignes de son programme relatif à la fiscalité de l’épargne. Il propose que l’imposition des revenus du patrimoine puisse faire l’objet d’un prélèvement forfaitaire « de l'ordre de 30 % ». Il souhaite donc supprimer toute progressivité de l'impôt sur cette catégorie de revenus. L’assurance-vie est concernée mais la mesure demande à être précisée sur plusieurs points.

Un prélèvement forfaitaire au taux unique de 30 %

Emmanuel Macron souhaite ainsi revenir sur l'imposition au barème progressif de l’impôt sur le revenu instauré en 2013 et propose pour l’imposition des revenus du patrimoine un taux unique d’imposition globale proche de 30 % incluant l’impôt sur le revenu et les prélèvements sociaux.

Sachant que son programme prévoit une augmentation du taux de CSG de 1.70 point afin de financer la suppression des cotisations salariales maladie et assurance-chômage, cette imposition globale devrait se décomposer ainsi : un prélèvement forfaitaire de l’impôt sur le revenu proche de 13 % et des prélèvements sociaux légèrement supérieurs à 17 % (15,5 % actuellement + une hausse de 1,7 %) pour aboutir à 30 %.

Cette mesure unifierait le régime applicable aux intérêts, dividendes, plus-values mobilières ou encore revenus fonciers et… à l’assurance-vie.

L’assurance-vie : réduction des avantages en cas de retrait après 8 ans

Le programme d’Emmanuel Macron prévoit une hausse de la fiscalité de l’assurance-vie après 8 ans.

Actuellement, lors d’un rachat partiel ou total réalisé sur un contrat d’assurance-vie détenu depuis plus de 8 ans, les gains sont taxés -sur option- à un taux global de 23 % (7.50 % au titre de l’IR + 15.50 % de prélèvements sociaux inclus) après un abattement annuel de 4 600 euros pour un célibataire, veuf ou divorcé et 9 200 euros pour un couple soumis à imposition commune.

En pratique, le taux de taxation globale serait de 30 % ce qui compte tenu des prélèvements sociaux (17,2 % au lieu de 15,5 %) porterait le taux du PFL à 13 % environ contre 7,5 % actuellement après 8 ans de détention.

Pour rappel si de son côté François Fillon n’envisage pas de modifications du régime fiscal de l'assurance-vie, son programme prévoit aussi pour l’imposition des autres revenus de l’épargne, intérêts, dividendes, plus-values, une taxation forfaitaire prélèvements sociaux inclus à 30 % et non plus au barème progressif, ce qui en relatif réduit également l’attractivité de l’assurance-vie.

Une nouvelle fiscalité pour les nouveaux versements

Emmanuel Macron a tenu à préciser que la règle fiscale des rachats pour les versements déjà effectués ne changera pas ; la nouvelle règle ne concernera que les nouveaux versements.

Mais si une telle réforme réduit les avantages du régime fiscal en cas de vie, l’assurance-vie conserverait toutefois entre autres avantages, celui de ne voir les produits du contrat imposés à l’impôt sur le revenu qu’en cas de rachat ou même jamais, lors d’un décès lors qu’aucun rachat n’a eu lieu.

De nombreuses incertitudes

Les mesures envisagées dans les programmes ne sont bien sûr pas encore assez détaillées. De nombreux points restent à éclaircir.

Sachant que l’un des souhaits du candidat Emmanuel Macron à l’élection présidentielle est de réorienter l'épargne vers l'économie productive, on peut en premier lieu légitimement se demander si la hausse de la fiscalité de l’assurance-vie touchera tous les supports ou simplement les fonds en euros pour ainsi créer deux régimes d’imposition selon la nature des supports, réforme déjà souvent proposée.

Il n’a pas officiellement évoqué la suppression ou le maintien des abattements de 4 600 € et 9 200 € sur les gains après 8 ans de détention.

Le sujet est sensible à plusieurs niveaux, en raison du poids de l’assurance-vie mais aussi de la baisse continue des rendements des fonds euros auxquels les investisseurs font face.

Découvrir aussi

Nos recommandations

Même avec un capital relativement faible, vous pouvez déléguer la gestion de votre contrat à l’assureur, conseillé par une équipe de professionnel...

En assurance-vie, il n y a pas de limite au nombre de contrats qu’il est possible de détenir. Mais y a-t-il une ou plusieurs bonnes raisons d’en ouvrir plusieurs ?

Grâce à une exonération d’impôt sur le revenu sur les gains après 5 ans, le PEA reste à privilégier.

Les épargnants vont-ils continuer à renoncer à placer une partie de leur épargne en privilégiant les dépôts à vue ?

Un assistant personnel à votre écoute pour répondre à toutes vos demandes, vous en rêviez ?