• Compte Bancaire
    Jusqu'à 130€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    et d'un Livret jusqu'au 27 février 2017 :

       80€ offerts* pour votre Compte Bancaire
    + 50€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank
       *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 50€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/05/2017
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 27 février 2017
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    150€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 27 avril 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garantis en capital. 
    *Offre soumise à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 31 mars 2017 et 80€ offerts

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un compte-titres, 
    d'un PEA et/ou d'un PEA-PME jusqu'au 28 février 2017* 
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    80 € offerts *
    1 000 € de courtage remboursés *

    jusqu'au 31/03/2017 pour une 1ère ouverture
    ou transfert d'un compte-titres, d'un PEA
    et/ou d'un PEA-PME jusqu'au 28 février 2017

    *Offre soumise à conditions

  • Crédit conso
    2,90% TAEG fixe

    Exclusif : votre prêt personnel BforBank

    Offre valable du 13 février au 05 mars 2017, réservée aux clients BforBank, pour toute demande de prêt personnel de 10 001 à 75 000€ de 13 à 48 mois inclus.

    Vous remboursez 48 mensualités de 231,77€, hors assurance facultative. Le montant
    total dû est de 11 124,96€. Le taux Annuel Effectif Global (TAEG) fixe est de 2,90%.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

      En savoir plus

  • L'argent, on en parle

Or : nouveau record au-dessus des 1.400 dollars l'once

L'or a battu un record en séance à 1.410 dollars l'once. Le métal jaune profite de l'affaiblissement du dollar, après la décision de la Fed de lancer une nouvelle phase d'assouplissement quantitatif.

Or : nouveau record au-dessus des 1.400 dollars l'once

In gold they trust. " L'or a touché hier un nouveau record historique en séance, à 1.410,6 dollars l'once à New York. En dépassant les 1.400 dollars, le métal jaune a franchi un seuil psychologique. " Une fois pulvérisé, tout devient possible : le métal jaune peut alors atteindre les 1.500 dollars, voire encore plus l'année prochaine , indique un analyste graphique. De son côté, l'argent, son petit frère, grimpait jusqu'à 27,405 dollars l'once, son plus haut niveau depuis mars 1980, profitant à la fois de son statut de métal précieux et de son usage dans l'industrie.

Si le cours de l'or tient la vedette, c'est parce que, depuis mercredi dernier, il profite du très net affaiblissement du dollar. Suite à l'annonce par la Réserve fédérale de son intention d'injecter 600 milliards de dollars supplémentaires dans l'économie américaine, le billet vert est tombé à son plus bas niveau depuis janvier face à l'euro. " De plus en plus considéré comme un substitut à la devise papier, l'or offre une protection contre les désordres monétaires créés par les plans de relance publics ", résume John Hathaway, gérant du fonds Tocqueville Gold chez Tocqueville Asset Management.

L'or est le seul actif qui n'est soumis à aucune décision d'autorité politique - personne n'émet de l'or -, ce qui lui confère une valeur exceptionnelle, surtout quand les taux d'intérêt sont particulièrement bas. Sa valeur ne dépend pas non plus d'une analyse classique de l'offre et de la demande, même si son offre croît très lentement et que la demande reste forte. " Si elle augmentait de seulement 1,2 %, l'allocation des investisseurs en or dépasserait l'offre mondiale ", explique John Hathaway. En 2011, le Conseil mondial de l'or estime que, pour la première fois depuis presque vingt ans, il y aura plus d'acheteurs que de vendeurs. Sans l'intervention du Fonds monétaire international (FMI), cela aurait déjà été le cas cette année.

 

L'embellie devrait perdurer

La hausse de l'or n'est donc pas en passe de devenir une bulle. Même si, depuis deux mois, les cours ont gagné plus de 100 dollars l'once, le métal jaune continue à fasciner les marchés. Après tout, l'or n'a pas encore retrouvé les niveaux de 1980. Corrigé de l'inflation, son prix d'alors vaudrait l'équivalent de 2.000 dollars. Par ailleurs, à cette époque, les stocks d'or couvraient plus que la masse monétaire. Pour que ces mêmes conditions soient réunies, il faudrait que le prix du métal jaune soit supérieur à 7.000 dollars.

Les analystes sont donc unanimes : l'or devrait continuer à briller de tous ses feux. A moins que la politique monétaire des Etats change radicalement, ce qui semble peu probable à moyen terme. Si les Etats-Unis ou la Chine venaient à donner une nouvelle crédibilité à leur monnaie, l'or, véritable protection en période de déflation, verrait alors sa valeur s'effriter. Idem s'il venait à jouer un rôle de stabilisateur ou d'étalon dans les changes - là aussi, les chances sont minces -, comme le patron de la Banque mondiale le souhaite (lire ci-dessous). Le métal jaune n'aurait plus de valeur propre et, à long terme, se déprécierait. Laurence BOISSEAU