• Compte Bancaire
    Jusqu'à 130€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    et d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016 :

       80€ offerts* pour votre Compte Bancaire
    + 50€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank
       *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 50€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/03/2017
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    100€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 16 janvier 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garantis en capital.
    *Offre soumises à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 31 janvier 2017

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un
    compte-titres, d'un PEA et/ou d'un
    PEA-PME jusqu'au 4 janvier 2017*
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    2 000 fonds
    Sans droits d'entrée

    Avec plus de 80 sociétés de gestion françaises
    et internationales référencées

  • Crédit conso
    Vos projets n'attendent pas !

    Exclusif : votre prêt personnel BforBank

    BforBank vous propose, avec son partenaire CréditLift,
    une solution de financement flexible qui s'adapte
    à vos envies, vos besoins et votre situation.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

      En savoir plus

  • L'argent, on en parle

Zoom sur le marché du chocolat

En France, le marché du chocolat est dynamique et pèse 2.6 milliards d’euros. Le cacao est-il une matière première intéressante pour investir ?

Investir dans le chocolat

Chocolat : un marché essentiellement saisonnier

En France, 400 000 tonnes de chocolat sont produites chaque année. Importants consommateurs avec un peu plus de 6 kilos par an, les Français sont toutefois placés loin derrière l’Allemagne, la Belgique et la Grande-Bretagne qui en consomment près de 10 kilos.

Le marché du chocolat est essentiellement saisonnier, à hauteur de 40 %. Les classiques tablettes représentent 36 % de ce marché et les barres chocolatées, 16 %. Particulièrement dynamique, le marché du chocolat est porté par les diverses innovations des fabricants. Ces derniers tentent de grignoter des parts de marché face à la concurrence en se diversifiant au maximum. Pour preuve, tout dernièrement, Cadbury a inventé le chocolat qui ne fond pas et Lindt, un chocolat à 99 % de cacao. De véritables coups médiatiques. Aux côtés de Nestlé, Kraft Foods, ces géants se livrent une âpre bataille.

Cacao : une des matières premières les plus échangées du globe

Les fèves de cacao sont issues du cacaoyer, un arbre poussant tout au long de l’Équateur. Pas moins de 70 % de ces fèves proviennent d’Afrique de l’Ouest. Le plus gros producteur de Cacao est la Côte d’Ivoire qui détient 43 % du marché. En seconde position, le Ghana produit 21 % des fèves de Cacao. Puis, suivent le Brésil et l’Indonésie.

Les fèves sont négociées et exportées sous leur forme brute, le broyage ne s’effectuant qu’après exportation. Les fèves de cacao sont essentiellement destinées à l’Europe du Nord, au Japon et à l’Amérique du Nord, les trois régions les plus consommatrices de la planète. Mais les pays émergents tels que le Brésil, l’Inde et bien sûr la Chine tendent à devenir des consommateurs de plus en plus incontournables !

Le plus important marché physique de cacao est le LIFFE de Londres (London International Financial Futures and Option Exchange). Pas moins de 3 millions de transactions y sont enregistrées chaque année. Il existe toutefois des bourses du cacao aux 4 coins du globe, notamment à Paris et New York.

Le cacao est aujourd’hui l’une des denrées alimentaires les plus échangées, avec le café et le sucre.

Comment se porte le marché du cacao ?

Sur le marché du cacao, on enregistre une croissance continue de la demande, à raison de 2,5 % par an, en moyenne. Comme pour toutes les matières premières, le marché est ultra-spéculatif. Le marché du cacao est donc en dents de scie, parfois sujet à des chutes comme à des remontées de cours tout aussi spectaculaires. Ainsi, par exemple, début 2008, le cacao a subi une profonde crise dont il s’est relevé en à peine quelques mois.

De nombreux facteurs peuvent jouer sur les cours du cacao comme le contexte géopolitique ou les données climatiques. L’avenir du cacao semble toutefois des plus prometteurs selon les spécialistes de la question. En effet, dans les pays émergents, la demande ne cesse de s’accroître. Si la tendance se confirme, les prix du cacao devraient être multipliés par 5 d’ici à 2030.

Dans le même temps, le contexte climatique risque de faire flamber les prix. En effet, selon un article paru dans Valeurs Boulangères en février 2012, le réchauffement de notre planète pourrait mettre en péril la production de cacao en Afrique de L’Ouest. En effet, si les températures augmentent d’un degré d’ici à 2030, les cacaoyers auront besoin d’une quantité plus importante d’eau pour produire suffisamment de fèves.

Par conséquent, les agriculteurs devront se tourner vers des zones plus humides, moins sèches, notamment en altitude. Certains auraient déjà jeté l’éponge. La production pourrait donc diminuer ses prochaines années, à moins que les chercheurs ne parviennent à mettre au point des espèces plus résistantes à la sécheresse.

Investir dans le cacao, en pratique

Comme pour toutes les matières premières, il existe des fonds d’investissements dédiés au cacao. Autrefois réservé aux seuls professionnels, ce marché est désormais ouvert aux particuliers. Ceux qui souhaitent investir dans le cacao ont donc deux possibilités.

  • L’achat de contrat à terme : par ce biais, acheteurs et vendeurs se mettent d’accord sur une certaine quantité de matière première. La date et le prix sont fixés à la signature du contrat
  • Acquérir une OPCVM, indexée sur les prix des matières premières. Généralement cette opération s’effectue via une ETC ou en passant par des fonds en FCP (Fonds Communs de Placement) ou FCIMT (Fonds Communs d'intervention sur les Marchés à terme). Avantage de cette solution : les fonds sont gérés par un professionnel, vous pouvez donc vous reposer sur son expérience.

Investir dans le cacao peut s'avérer financièrement intéressant mais les cours restent très volatils, comme pour l’ensemble des matières premières. L’idéal est donc d’investir sans que cela représente la totalité de votre portefeuille. Un seul mot d’ordre, la diversification !