• Compte Bancaire
    Jusqu'à 130€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    et d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016 :

       80€ offerts* pour votre Compte Bancaire
    + 50€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank
       *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 50€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/03/2017
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    100€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 16 janvier 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garantis en capital.
    *Offre soumises à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 31 janvier 2017

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un
    compte-titres, d'un PEA et/ou d'un
    PEA-PME jusqu'au 4 janvier 2017*
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    2 000 fonds
    Sans droits d'entrée

    Avec plus de 80 sociétés de gestion françaises
    et internationales référencées

  • Crédit conso
    Vos projets n'attendent pas !

    Exclusif : votre prêt personnel BforBank

    BforBank vous propose, avec son partenaire CréditLift,
    une solution de financement flexible qui s'adapte
    à vos envies, vos besoins et votre situation.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

      En savoir plus

  • L'argent, on en parle

Médias : les investisseurs préfèrent les satellites

Depuis le début de l’année, les opérateurs de satellites ont la préférence des investisseurs, ainsi que quelques sociétés de services et cablo-opérateurs. Explications.

Médias : les investisseurs préfèrent les satellites

Tout d'abord, les acteurs plus directement exposés au marché de la publicité sont eux en perte de vitesse.

Si le secteur des médias affiche des performances décevantes (-3,4 % contre +4,3 % pour l’indice Stoxx Europe 600), la dispersion des performances est assez significative entre sociétés au sein du secteur.

La contre-performance des acteurs les plus directement dépendants du marché de la publicité est significative. Ainsi Rightmove Plc signe la plus forte baisse du secteur avec une chute de 22 % depuis le début de l’année, suivi de peu par TF1 ou Schibsted (-18 %), M6 (-15 %), Daily Mail & General Trust (-14 %). WPP, Publicis et JCDecaux suivent avec des baisses respectives de -10 %, -10 % et -9 %.

Ces sociétés se traitent pour la plupart avec une prime de valorisation par rapport au P/E médian du secteur (14,9x sur la base des estimations de résultats pour 2015, selon Factset).

À l’inverse, les opérateurs de satellites - SES et Eutelsat Communications - affichent deux des trois meilleures performances du secteur (respectivement +16 % et +11 %). On notera toutefois que les investisseurs font preuve de sélectivité puisque le Britannique Inmarsat perd 2 % depuis le début de l’année. Kabel Deutschland et Teleperformance sont également des sociétés qui semblent intéresser les investisseurs, avec des parcours somme toute honorables (+15 % et +11 % respectivement).

SES bénéficie d’une croissance des ventes qui s’améliore et d’une plus grande stabilité du chiffre d’affaires, grâce notamment à ses contrats gouvernementaux. Le titre a de surcroît l’intérêt de proposer un dividende de 4,7 % contre 3,5 % pour la médiane du secteur et 4,6 % pour Eutelsat. Enfin, l’opérateur est l’un des actionnaires, aux côtés de Google, HSBC, Liberty Global, Allen & Co du projet O3b (« Other Three Billion ») qui a débuté en juin 2013 le lancement de plusieurs satellites pour déployer un réseau Internet par satellites à destination des pays émergents. Le marché paie assez cher pour cette croissance, avec un ratio cours sur bénéfice de 16,8x.

Eutelsat est pour sa part mieux orienté en 2014 qu’en 2013, où le titre avait connu un parcours volatil (-9 %), du fait d’une décélération de l’activité et des interrogations sur le risque d’intégration suite au rachat de Satmex l’an dernier, ainsi qu’au sujet du partenariat avec le russe RSCC et le lancement de deux satellites destinés au marché russe (Express-AT1 et Express-AT2). Ces sujets semblent toutefois moins inquiéter les investisseurs, visiblement rassurés par les chiffres de croissance du troisième trimestre de l’exercice fiscal (+1,5 % hors effet de périmètre).

Teleperformance est également un titre intéressant et qui connaît depuis deux ans un parcours boursier assez remarquable. Ce spécialiste des centres de contacts joue activement un rôle de consolidation de l’industrie. Il a annoncé ce mois-ci le rachat pour 620 millions de dollars de l’américain Aegis USA Inc, une société qui réalise un chiffre d’affaires de 400 millions de dollars avec un niveau de rentabilité supérieure à celle du français - ce qui devrait permettre de rentabiliser rapidement le prix payé. Teleperformance affiche d’ailleurs une prime de valorisation par rapport à ses concurrents cotés - le titre se traite sur un multiple de 15x le résultat contre 13x pour Convergys et Sykes Enterprises.

On le voit, les investisseurs privilégient les entreprises du secteur qui sont en mesure d’offrir un minimum de visibilité sur la croissance de leur activité et de leur dividende, et sur celles qui sont en mesure de s’imposer en consolidateur de leur industrie.

Ces profils ont toutefois l’inconvénient d’être chèrement valorisés par le marché, ce qui impose aux investisseurs d’être très attentif au prix qu’ils sont prêts à payer pour les détenir en portefeuille.

Lire également

Mlogo.gif