• Compte Bancaire
    Jusqu'à 130€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    et d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016 :

       80€ offerts* pour votre Compte Bancaire
    + 50€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank
       *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 50€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/03/2017
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    100€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 16 janvier 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garantis en capital.
    *Offre soumises à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 31 janvier 2017

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un
    compte-titres, d'un PEA et/ou d'un
    PEA-PME jusqu'au 4 janvier 2017*
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    2 000 fonds
    Sans droits d'entrée

    Avec plus de 80 sociétés de gestion françaises
    et internationales référencées

  • Crédit conso
    Vos projets n'attendent pas !

    Exclusif : votre prêt personnel BforBank

    BforBank vous propose, avec son partenaire CréditLift,
    une solution de financement flexible qui s'adapte
    à vos envies, vos besoins et votre situation.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

      En savoir plus

  • L'argent, on en parle

Comment se porteront les marchés boursiers en 2015 : la vision de Montpensier Asset Management

Comme chaque année,  nous vous proposons de faire le point sur les marchés avec de grandes maisons de gestion ici, Montpensier Asset Management....

les marchés boursiers en 2015 : la vision de Montpensier Asset Management

Quel bilan faites-vous de l’année 2014 ?

L’année boursière 2014 restera dans les annales comme ayant été entièrement guidée par les Banques Centrales. Les flux d’investissement se réorientant violemment entre classes d’actifs, devises, zones géographiques ou secteurs, engendrant volatilité et risques de contre-pieds. Les grands gagnants à ce jour sont les actions américaines, indiennes et chinoises, les obligations souveraines et le dollar.

Les actions européennes pourtant faiblement valorisées relativement à celle des États-Unis, ont peu progressé en raison de la rechute de l’économie de l’eurozone depuis le printemps. C’est presque le contraire du consensus du début d’année ! Cela illustre donc la nécessité de diversifier ses portefeuilles.

Quel est le scénario que vous envisagez pour 2015 sur les actions et les taux ?

Le contexte actuel est sans précédent. Les investisseurs Français vivent dans un nouveau monde, celui des taux d’intérêt zéro : pas de rémunération sur le monétaire, à peine plus pour les obligations, et un immobilier qui au mieux stagne.

Les actions sont donc le seul vecteur d’investissement à potentiel. Ne soyons pas candides ! Il y aura encore de la volatilité, mais les bourses européennes devraient être soutenues par la baisse de l’euro et celle du pétrole.

Soyons clairs : le scénario de 2015 est à nouveau entièrement dans les mains des Banques Centrales. Il faut que Mario Draghi parvienne à convaincre les Allemands d’accepter un QE (Quantitative Easing) à l’européenne et continue à faire baisser le dollar.

Les taux d’intérêt américains ne devraient remonter que très progressivement car Janet Yellen et la FED voudront assurer la poursuite de la reprise américaine.

Les variations du prix du pétrole seront aussi une donnée clé, car la baisse des cours génère des effets contradictoires : d’une part un grand bénéfice pour le consommateur occidental et asiatique, de l’autre des déstabilisations pour les producteurs russes, sud-américains et moyen-orientaux.

Quels conseils d’arbitrages donneriez-vous à des investisseurs prudents et d’autres plus audacieux en ce début d’année ? Quels sont les zones géographiques et secteurs à privilégier ?

Les investisseurs vraiment prudents n’auront pas beaucoup de marge de manœuvre, car le niveau bas des taux d’intérêt ne permettra pas de constituer un coussin de rentabilité suffisant pour contrebalancer une mauvaise surprise du côté des marchés d’actions.

Les investisseurs audacieux ou « équilibrés » devront être présents sur les actions européennes pour essayer de profiter du rally habituel de début d’année, tout en conservant des réserves pour être capable de se renforcer en cas de « trou d’air » sur les marchés.

En Europe, les secteurs en consolidation comme les télécom, les valeurs Dollar, les valeurs bénéficiaires de la baisse des cours du pétrole, et les valeurs de croissance mature à bon dividendes pourront être privilégies.
Dans les marchés émergents, il y aura des opportunités tactiques en choisissant d’investir pays par pays.

Le concept des BRICs a été détruit : il y a d’un côté la Chine et l’Inde tournées vers les services et l’industrie ; de l’autre le Brésil et la Russie qui n’ont pas vraiment su sortir de leur position de producteur de matières premières ni assez se réformer.
 

Consulter également

 

Attention ! Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.
Avant d’investir, consultez le Mémento de l’investisseur en Bourse.