• Compte Bancaire
    Jusqu'à 130€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    et d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016 :

       80€ offerts* pour votre Compte Bancaire
    + 50€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank
       *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 50€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/03/2017
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    100€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 16 janvier 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garantis en capital.
    *Offre soumises à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 31 janvier 2017

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un
    compte-titres, d'un PEA et/ou d'un
    PEA-PME jusqu'au 4 janvier 2017*
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    2 000 fonds
    Sans droits d'entrée

    Avec plus de 80 sociétés de gestion françaises
    et internationales référencées

  • Crédit conso
    Vos projets n'attendent pas !

    Exclusif : votre prêt personnel BforBank

    BforBank vous propose, avec son partenaire CréditLift,
    une solution de financement flexible qui s'adapte
    à vos envies, vos besoins et votre situation.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

      En savoir plus

  • L'argent, on en parle

Dans le bureau du gérant... Victoire de Trogoff - Fidelity Europe

Rencontre avec la gérante de Fidelity Europe. L’occasion de faire le point sur les actions européennes.

Quelle est la philosophie du fond que vous pilotez, Fidelity Europe ?

Fidelity Europe est un fonds d’un peu plus d’un milliard d’euros.  Je le gère depuis début 2007.

Ce fonds est 100 % investit en actions européennes. L’objectif de ce fonds est de surperformer l’indice de référence - le MSCI Europe – avec une volatilité inférieure à celle de l’indice.

Pour cela, j’investis dans tous les pays européens, dans tous les secteurs d’activité et sur une gamme assez large de capitalisations boursières. L’objectif étant vraiment de faire de la surperformance par le choix des valeurs à l’intérieur de ces poches. C’est ce qu’on appelle le stock picking : on choisit le meilleur de la classe à chaque fois. Pour faire cela, je suis aidée par l’équipe d’analystes de Fidelity : la plus large équipe de buy-side en Europe puisque nous avons 50 analystes basés à Londres qui passent leur temps à rencontrer les managements, à faire la revue des business models et à nous aider dans le choix des valeurs.

Comment Fidelity Europe s’est-il comporté depuis le début 2013 ?

Depuis début 2013, nous bénéficions d'un marché assez nettement haussier. Ce qui a généré la surperformance du fonds sur l’année, c'est précisément le choix des valeurs à l’intérieur des poches et non pas le positionnement sectoriel du fonds.

Je peux notamment citer une valeur que j’avais en portefeuille : kabel deutschland . kabel deutschland, c'est le câble opérateur allemand qui a fini par se faire racheter par vodafone. Bien avant ce rachat, ce titre avait connu un parcours boursier très positif grâce à cette équation : transformer les clients câble en clients Internet.

Il y avait au sein des poches financières plusieurs idées : Lloyds, KBC, Euler Hermès … qui ont bénéficié de la normalisation de l’environnement financier général en Europe. Enfin, Illiad - dans notre portefeuille depuis très longtemps - a démontré une fois de plus les mérites de son offre commerciale.

Un mot enfin sur ce regain d’intérêt pour les actions européennes ? Est-ce que cela va perdurer ? Est-ce qu’il n’est pas trop tard pour en profiter ?

Les investisseurs retrouvent de l’intérêt à investir dans les actions européennes. Nous notons des flux entrant depuis l’été 2012. Cela fait donc plus d’un an que les flux sont redevenus nettement positifs, alors que pendant plusieurs années – suite à la crise – nous avions connu des flux négatifs mois après mois. Les investisseurs sont à la recherche de deux choses.

Premièrement, le différentiel de valorisation par rapport aux actions américaines : il est toujours assez important.

Deuxièmement - et surtout - le différentiel de valorisation par rapport aux obligations. Nous savons que nous avons fait un point bas sur les taux. Ces derniers sont en train de remonter mais - même au niveau des taux actuels - il y a encore un différentiel très important entre la valorisation des actions et celle des obligations.

Comment compter vous capter les opportunités à venir ?

Toujours dans ma stratégie de grande diversification, j’organise ma pensée en trois poches.

Les multiplicateurs de croissance : ces sociétés sont capables de multiplier leur croissance et de générer du cash-flow dans une niche sur laquelle ils ont une vraie franchise, et de les réinvestir dans cette franchise. Cela représente environ 50 % de mes investissements.

Ensuite, les valeurs cycliques pour lesquelles nous ne savons pas de quoi demain sera fait. Est-ce que l’environnement meilleur ? Est-ce que l’environnement sera moins bon ? Quel est le risque de baisse sur le titre ? Lorsque le risque est asymétrique, l’investissement est intéressant. Les valeurs cycliques représentent environ 30 % de mes investissements.

Enfin, les valeurs self-help – des valeurs qui se débrouillent toute seule – et qui ont mis en place soit un plan de restructuration, soit un lancement de produit, soit une fusion… tout projet d’entreprise qui génère une valeur incrémentale par rapport à une valorisation de départ que nous estimions plutôt stable.