A lire dans la même thématique

Quelle taxation pour votre épargne en 2018 ?

Comment certaines mesures votées fin 2017 impacteront la taxation de votre l’épargne en 2018 ?

Si vous choisissez d'investir en Bourse en construisant vous-même votre portefeuille avec des titres, il est essentiel de connaître certaines règles.

L’investisseur qui veut placer sur les marchés financiers une partie de son épargne a plusieurs options : construire lui-même son portefeuille, acheter un indice (ou ETF) ou confier son argent à un professionnel - conseiller financier ou gérant professionnel à travers l’achat de parts d’un fonds commun de placement.

Construire soi-même un portefeuille de titres impose d’avoir un cadre stable dans le temps qui vous permettra de trouver les opportunités d’investissement répondant à vos objectifs financiers.

Avant de chercher de telles opportunités, il est important de rappeler quelques notions importantes en matière de gestion de portefeuille.

Comprendre la notion de risque

Tout investissement financier comporte un risque. La théorie financière assimile ce risque à la volatilité du prix d’un titre (le cours de Bourse d’une action par exemple). Il est certes pénible de penser avoir trouvé une bonne idée pour la voir, une fois achetée, perdre de la valeur. Mais si cela confirme qu’il y a bien un risque à investir en Bourse, ce n’est pas forcément une mauvaise nouvelle.

Le véritable risque dont doit absolument se prémunir tout investisseur est celui de perdre durablement son capital. Or si vous êtes relativement certain de la valeur intrinsèque de ce que vous avez acheté, que l’entreprise dont vous êtes devenu copropriétaire gagnera durablement de l’argent, la baisse de son cours de Bourse peut être l’occasion d’acheter encore moins cher.

Diversification

« Moyenner à la baisse » peut alors faire sens, mais encore faut-il tenir compte du poids relatif d’une valeur dans votre portefeuille. S’exposer fortement à un titre ou à plusieurs titres d’un même secteur, qui plus est sensible au reste du marché (on parle de secteur à fort béta) peut conduire à détenir un portefeuille de titres qui sera très volatil et qui ne conviendra peut-être pas à tous les investisseurs.

Cela appelle deux notions complémentaires :

  • savoir diversifier son portefeuille, c’est-à-dire détenir des titres si possible peu corrélés entre eux ;
  • savoir être patient.

« Ne pas mettre ses œufs dans le même panier » est un adage de bon sens qu’il est facile de comprendre. Si vous êtes exposé à des titres du secteur de la construction et qu’au fil des semaines, l’on s’attend à ce que l’économie n’entre en récession, vous pouvez être certain que vos titres seront parmi les plus touchés par la détérioration de l’environnement économique - et il en va de même pour d’autres secteurs dits cycliques comme l’automobile, la consommation discrétionnaire, la technologie ou les biens d’équipement.

Là encore, si vous êtes convaincu que le titre que vous détenez vaut beaucoup plus que son cours de Bourse, s’armer de patience et ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain peut aider à éviter des déconvenues. Mais encore faut-il être patient et être au clair sur son horizon d’investissement. Car le marché peut parfois mettre un certain temps à vous donner raison. Comme disait Keynes : « le marché peut être irrationnel bien plus longtemps que vous pouvez être solvable. »
Prix, valeur et marge de sûreté

Mais il est aussi important de bien choisir les titres que l’on souhaite détenir.

À écouter les plus grands gérants de portefeuille, l’investisseur qui cherche un rendement raisonnable dans la durée a tout intérêt à acheter des titres lorsque leur cours de Bourse est substantiellement inférieur à leur valeur intrinsèque.

Benjamin Graham, père de la gestion value et mentor de Warren Buffet, expliquait qu’acheter un titre avec une grande marge de sûreté était le meilleur moyen de produire un tel rendement raisonnable avec un risque somme toute limité.

Le tout est d’être suffisamment patient et d’attendre le moment où « Monsieur le Marché » sera prêt à vous céder le titre convoité à un cours suffisamment décoté.

Les règles de Warren Buffet

Warren Buffet aime à dire qu’il faut « avoir peur quand tout le monde est avide et être avide quand tout le monde a peur ». L’oracle d’Omaha rappelle aussi à l’envie que la règle de tout investisseur doit être de ne pas perdre d’argent.

La combinaison de ces deux seuls adages est particulièrement difficile à mettre en musique, mais elle peut avoir des vertus positives pour un portefeuille de titres.

Dans sa dernière lettre aux investisseurs, Buffet a d’ailleurs passé en revue quelques règles simples d’investissement.

Au final, recherche des entreprises de qualité, qui disposent d’un avantage concurrentiel (« moat ») solide et durable, gage d’une rentabilité du capital élevée, et les acheter lorsque le marché est prêt à vous les offrir à un prix bradé, peut contribuer au succès d’un investisseur, même particulier.

Et si vous ne vous sentez pas de faire les choses par vous-mêmes, il ne faut pas hésiter à demander conseil à un professionnel.

Mlogo.gif