A lire dans la même thématique

Quels fonds choisir pour investir au Japon ?

Dans une optique de diversification, il pourrait être judicieux de mettre en portefeuille des parts de fonds de valeurs nippones bien choisis.

Le secteur bancaire n’en finit pas de se transformer… L’Open Banking est devenu une obligation pour les banques depuis janvier 2018. De quoi s'agit-il vraiment ?

18 décembre 2018

La Rédaction

Le secteur bancaire n’en finit pas de se transformer… L’Open Banking (système bancaire ouvert), qui est devenu une obligation pour les banques depuis janvier 2018, fait partie des nombreuses innovations qui bouleversent et métamorphosent complètement le marché. Apparu dans la deuxième Directive européenne des services de paiements (DSP2) de 2013, ce concept promet de nombreuses avancées technologiques.

Open Banking : le partage de données en toute sécurité

Basée sur le même principe que l’Open Innovation (innovation ouverte), cette technologie vise à permettre aux banques de partager leurs données avec d’autres acteurs du secteur financier, dont les fameuses fintech. Il peut s’agir de données telles que la localisation géographique des agences bancaires et des distributeurs de billets, des services bancaires proposés dans tels ou tels établissements, mais également de données clients. La RGPD (règlement général sur la protection des données) impose toutefois aux banques une transparence totale sur les transactions commerciales réalisées avec les données bancaires de leurs clients : dépôts, virements, et autres opérations courantes. La loi stipule que l’exploitation de ces données ne peut se faire qu’avec le consentement préalable des clients et qu’il doit être libre, spécifique et découler d’une action (signature, validation de documents, etc.).

Les obligations de sécurisation des données personnelles définies par ailleurs dans le cadre de la loi informatique et libertés sont aussi bien valables pour les banques, que pour les tiers comme les agrégateurs de services bancaires. L’Open Banking fait également référence à l’utilisation d’API (interfaces de programmation) permettant, par exemple, à des développeurs de créer des applications et des services novateurs pour les institutions financières. Une petite révolution dans l’écosystème bancaire dans lequel toutes les informations étaient jusqu’ici cloisonnées et sécurisées.

Open Banking : des évolutions prometteuses

L’ouverture des systèmes d’information des banques et le partage des données clients avec des tiers devraient donner naissance à des services de plus en plus innovants. Peu à peu, l’ensemble des acteurs du secteur auront la possibilité de se connecter aux banques pour créer toute une gamme de services au sein de leurs propres applications. Certaines banques ont déjà largement adopté cette technologie et multiplient les collaborations pour décupler leurs offres de services. Pour l’heure, les banques traditionnelles se montrent encore fébriles pour partager leurs données, mais selon le cabinet d’études Deloitte, 90 % d’entre elles envisagent de devenir des Open Banks d’ici 2021. Malgré les nombreux défis à relever et les inquiétudes légitimes liées notamment à la sécurité informatique, l’Open Banking constitue le meilleur moyen pour les banques de répondre aux nouveaux besoins et usages technologiques.

Crédit photo : istock