• Compte Bancaire
    Jusqu'à 130€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    et d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016 :

       80€ offerts* pour votre Compte Bancaire
    + 50€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank
       *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 50€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/03/2017
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    100€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 16 janvier 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garantis en capital.
    *Offre soumises à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 31 janvier 2017

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un
    compte-titres, d'un PEA et/ou d'un
    PEA-PME jusqu'au 4 janvier 2017*
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    2 000 fonds
    Sans droits d'entrée

    Avec plus de 80 sociétés de gestion françaises
    et internationales référencées

  • Crédit conso
    Vos projets n'attendent pas !

    Exclusif : votre prêt personnel BforBank

    BforBank vous propose, avec son partenaire CréditLift,
    une solution de financement flexible qui s'adapte
    à vos envies, vos besoins et votre situation.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

      En savoir plus

  • L'argent, on en parle

Placer son cash en 2016

Comment placer votre trésorerie dans un environnement de taux bas ?

Placer argent

La progression de l’encours des dépôts à vue atteint des records. Les produits d’épargne à court terme et sans risque rapportent de moins en moins et de plus en plus d’épargnants se contentent de laisser leurs liquidités sur un compte bancaire… Mais quelles sont les alternatives ?

L'encours des dépôts à vue atteint des records

Les Français n’ont jamais eu en dépôt autant d’argent sur leurs comptes courants qu’en 2015 : selon les statistiques de la Banque de France près de 36 milliards d’euros y ont été déposés. Ce chiffre est à mettre en comparaison avec celui deux fois inférieur de 2014, à 18 milliards ou avec celui de la collecte nette 2 015 des fonds d’assurance-vie : 24,6 milliards.

Liée au contexte actuel de taux, la faible rémunération des produits d’épargne court terme n’incite pas les Français à placer leurs liquidités.

Les livrets réglementés

Pour placer de l’argent à court terme sans aucun risque, la première solution qui vient à l’esprit est celle des livrets réglementés, en premier lieu le livret A. S’y ajoutent le LDD (Livret de développement durable) où certains livrets ciblant une clientèle spécifique comme le Livret jeune ou le LEP, soumis à conditions d’âge ou de ressources.

Les intérêts perçus sont exonérés de l’impôt sur le revenu et de prélèvements sociaux. Le taux brut affiché est donc égal au rendement net. Le plafond de versements et les taux varient selon les livrets.

Le livret A ne fait plus rêver et pourtant…

Le livret A est délaissé par les épargnants en raison d’une baisse régulière de sa rémunération à 0.75 % depuis le 1er août 2015, pourtant très supérieure aux taux d’intérêts actuels.

Les épargnants oublient souvent de prendre en compte le niveau actuel d’inflation (-0,2 %). Au début des années quatre-vingt, lorsque le livret A affichait des taux de 6,5 % (1981) et même 8,5 % (1980), l’inflation se situait respectivement à 13,4 % et 13,6 % et les épargnants perdaient de l’argent !

Le livret A permet donc actuellement de gérer son cash en protégeant sa trésorerie contre l'inflation.

Il assure totale liquidité et garantie de l’État. Si le montant des versements est plafonné à 22 950 euros, chaque membre d'une même famille peut en détenir un.

Le LDD en complément du livret A

Le LDD, est réservé aux seuls contribuables (les mineurs n'y ont donc pas accès en principe) et son plafond est de 12 000 €.

Si on cumule les versements de ces deux livrets, un épargnant peut disposer de 34 950 € de placements défiscalisés pour sa trésorerie.

Le PEL : un produit redécouvert

Ces dernières années, le PEL a profité de la baisse du taux d’intérêt de l’épargne réglementée.

Les épargnants ont surtout voulu bénéficier début 2015, puis début 2016 de sa rémunération garantie et fixe dès la souscription, avant l’annonce d’une baisse (de 2,5 % à 2 % le 1er février 2015, puis à 1,5 % le 1er février 2016). Il affiche donc encore une rémunération (1,26 % après prélèvements sociaux) supérieure à celle du livret A pour la même sécurité.

Mais pour bénéficier de ce taux, il faut conserver le PEL, une durée minimale de 2 ans.

Les modalités d'imposition dépendent de la date d'ouverture du plan.

Livrets bancaires : des opportunités dans les banques en ligne

Les livrets bancaires dont les offres varient selon les établissements peuvent être utilisés en complément du livret A pour ceux qui disposent de montants importants.

Les banques en ligne, notamment, proposent régulièrement des taux promotionnels variables selon la durée et le montant.
Pensez à calculer le rendement net de fiscalité, variable d’un contribuable à l’autre. Pour rappel, les intérêts -assujettis aux prélèvements sociaux- sont imposés selon le barème progressif avec la possibilité, si les intérêts et produits assimilés restent inférieurs pour le foyer fiscal à 2000 euros par an, d’opter pour un PFL de 24 %.

Le fonds en euros d'un contrat d'assurance-vie

Depuis plusieurs années et dans le cas d’un horizon de placement un peu plus lointain les épargnants se sont tournés vers les fonds euros de leur contrat d’assurance-vie, qui continuaient pour la plupart à servir des taux élevés malgré le contexte de taux : 2,30 % en 2015, contre 2,50 % en 2014 selon la FFSA.

Pour rappel, c’est après 8 ans de détention que le contrat offre la fiscalité optimale en cas de retrait.

Tenir compte de la fiscalité

Pour éviter toute déconvenue, il est primordial de ne pas négliger la fiscalité pour choisir l’enveloppe la plus adéquate à votre situation.

Le taux d'imposition de certains produits (intérêts de livret bancaire) peut atteindre 60,5 % (avec prélèvements sociaux mais hors prise en compte de la CSG disponible) ! Si, en outre, l'épargnant est redevable de l'ISF - dont les taux d’imposition vont de 0,5 % à 1,5 % -, la rémunération pourra se révéler négative.

Ne pas surévaluer ses besoins en liquidités

Livrets A, LDD, livrets bancaires et trésorerie laissée sur un compte-courant, nombreux sont ceux qui surévaluent leur besoin de trésorerie à court terme et accumulent des fonds qui pourraient être au moins en partie investis à plus long terme.