A lire dans la même thématique

Loi de finances rectificative 2021 : quelles mesures vous concernent ?

Le budget rectificatif voté le 12 juillet 2021 prévoit plusieurs nouveaux dispositifs fiscaux qui peuvent vous intéresser.

Le Tapering consiste pour les banques centrales à réduire progressivement le montant des achats d’actifs sur les marchés financiers. Quelles conséquences ?

15 juin 2021

La Rédaction

La réduction des achats d’actifs par les banques centrales pourrait avoir un impact sur les marchés financiers. La diversification reste le meilleur rempart contre un retour de l’inflation et les effets négatifs du Tapering.

Depuis plusieurs années, les banques centrales achètent des quantités massives d’actifs financiers avec la monnaie qu’elles émettent. Ces actifs sont, en général, des titres de dettes d’Etat. Cette politique dite de Quantitative Easing (QE) permet d’aller plus loin que la baisse des taux – qui est l’outil habituellement utilisé par les banques centrales – et d’injecter des liquidités dans l’économie afin de stimuler la croissance.

Qu’entend-on par Tapering ?

Le Tapering consiste pour les banques centrales à réduire progressivement le montant des achats d’actifs sur les marchés financiers. Plusieurs éléments laissent en effet penser que l’inflation pourrait revenir, du moins temporairement.

La succession des plans de relance, l’envolée du cours de certaines matières premières liée à la reprise de l’activité, la pénurie de certains composants comme les semi-conducteurs qui pénalise en particulier le secteur automobile : le dynamisme de la demande pourrait se traduire par une hausse des prix.

Aux Etats-Unis, le maintien de certaines aides se traduit par un éloignement de l’emploi de certains travailleurs. Face à ce phénomène, les entreprises, notamment dans le domaine de la restauration rapide, doivent augmenter les salaires pour attirer les candidats. Cette inflation salariale – même si celle-ci doit être nuancée – pourrait se retrouver dans les prix des produits et services. C’est ce qu’on appelle la boucle prix-salaires.

Enfin, la montée des contraintes environnementales contribue à renchérir les coûts pour les entreprises. Celles-ci pourraient même, à terme, être amenées à intégrer le prix du carbone dans celui des biens et services qu’elles produisent.

Or, le mandat des banques centrales est en premier lieu de contenir l’inflation pour éviter de dévaloriser la monnaie.

Deux conséquences possibles pour les marchés

Cette inversion de leur politique pourrait avoir deux conséquences néfastes :

  • D’une part, le Tapering pourrait engendrer une remontée brutale des taux d’intérêt. Si les banques centrales font baisser les taux en achetant des titres sur les marchés financiers, elles risquent, au contraire, de les faire remonter en procédant à la revente de ces titres.
  • D’autre part, l’arrêt des achats d’actifs pourrait entraîner une diminution de la liquidité. Si les banques centrales créent de la monnaie pour acheter des titres, elles détruisent inversement  cette monnaie lorsqu’elles les cèdent.

Comment protéger son portefeuille contre la remontée des taux ?

Les impacts sur les bourses peuvent être nombreux. Les valeurs technologiques ou liées à l’environnement, dont les multiples de valorisation reposent en partie sur des hypothèses de taux d’intérêt, pourraient notamment en pâtir. La diversification reste donc le meilleur rempart contre une correction des bourses mondiales liée au Tapering.

Bon à savoir

Performances, zones géographiques, classement Morningstar, indicateurs de risque : choisissez vos supports d’investissement en toute simplicité grâce au comparateur de fonds exclusif BforBank.

Conscients de ces effets potentiellement négatifs d’un retour à des politiques monétaires plus traditionnelles, les banquiers centraux semblent disposés à prévenir très en amont et à adopter une approche progressive.

Crédit photo : Getty Images