A lire dans la même thématique

Quand le LDDS va-t-il -enfin- devenir solidaire ?

La mise en œuvre du volet solidaire du livret de développement durable n’aura finalement lieu que le 1er octobre 2020.

Préparer sa retraite, poursuivre la constitution de son patrimoine et réduire ses impôts : des préoccupations qui apparaissent progressivement à partir de 40 ans.

Préparer sa retraite, poursuivre la constitution de son patrimoine et réduire ses impôts : des préoccupations qui apparaissent progressivement à partir de 40 ans. Retrouvez tous nos conseils pour épargner sereinement.

Quelle épargne à partir de 40 ans ? Vous avez commencé à bâtir un patrimoine et vous vous interrogez sur la meilleure manière de poursuivre cet effort d’épargne ? Découvrez les bons réflexes à adopter.

Anticiper la retraite

Si vous n’êtes pas déjà propriétaire de votre résidence principale, il peut être intéressant d’envisager l’acquisition de votre logement à court terme. D’une part, parce que vous pouvez encore vous endetter à des conditions favorables. Le poids de l’assurance emprunteur a tendance à augmenter dans le coût du crédit, au fur et à mesure que votre âge progresse. D’autre part, parce qu’être propriétaire vous permettra d’économiser le montant d’un loyer à la retraite. Un supplément de pouvoir d’achat appréciable.

Pour compléter cette stratégie d’épargne retraite, vous pouvez vous intéresser aux différents produits ad hoc que sont le Perp, le contrat Madelin ou le nouveau PER. Pour savoir s’ils sont vraiment adaptés à votre situation, pensez à comparer ces produits aux placements traditionnels tels que l’assurance-vie. Disponibilité des fonds, fiscalité, flexibilité des versements : chaque produit a ses propres règles de fonctionnement, plus ou moins adaptées aux attentes de chacun. Il n’existe donc pas d’épargne idéale à 40 ans.

Diversifier son patrimoine

Dans la tranche d’âge entre 40 et 60 ans, votre patrimoine tend à prendre de l’ampleur. Votre carrière progresse elle-aussi. C’est le bon moment pour diversifier votre patrimoine.

Pour ce faire, n’hésitez pas à piocher parmi les différentes familles de placements (immobilier locatif, actions, obligations, livrets d’épargne…). Mais la diversification se pratique également à l’intérieur de chaque poche d’investissement, par exemple le PEA ou l’assurance-vie.

L’assurance-vie vous permet notamment de placer votre argent sur des supports en unités de compte investis en Bourse. Ces supports présentent un rendement supérieur malgré un risque plus élevé.

Toutefois, ce risque est mieux maîtrisé si la répartition de votre contrat est répartie entre différents types d’unités de compte (Sicav, OPCVM, SCPI…), différentes zones géographiques (Europe, Amérique du Nord, Japon…) ou différents secteurs d’activité (pétrole et gaz, matériaux de base, industrie, biens de consommation…). Il n’existe pas de répartition idéale : celle-ci dépend avant tout de votre situation personnelle (âge, projets de vie), de vos moyens financiers (revenu, montant total des placements) et du risque que vous êtes prêt à prendre.

Bon à savoir

Pour éviter d’investir quand les marchés actions sont au plus haut, il est souvent préférable de diversifier son contrat d’assurance-vie par étape, à raison de 5% par semestre par exemple.

Alléger ses impôts

De 40 à 50 ans, la facture fiscale s’alourdit. Il est possible de s'intéresser à l'immobilier défiscalisé, à travers les dispositifs Denormandie, Pinel, Censi-Bouvard ou sous forme de meublé dans l'ancien. Cet investissement locatif doit être choisi avec attention. Veillez notamment à ce que le prix d’acquisition soit cohérent avec le marché immobilier local et que le loyer espéré vous permette de couvrir vos charges.

D’autres dispositifs permettent aussi de réduire les impôts notamment les parts de Fonds d’investissement de proximité (FIP), de Fonds communs de placement dans l’innovation (FCPI) ou des produits d’épargne retraite via la déductibilité des versements de vos revenus imposables. Il convient donc de choisir son dispositif selon son profil de risque.

Où placer son argent à 60 ans ? La priorité est de sécuriser ses avoirs, organiser sa succession et, éventuellement, se protéger contre la dépendance. Rendez-vous le mois prochain pour découvrir notre article consacré à cette tranche d’âge.

Crédit photo : Getty Images