Point Marchés Amundi – Avril 2016

Visiblement les craintes du début d’année se sont dissipées… du moins pour l’instant.

Les marchés ont bien rebondi depuis mi-février. Mars s’est achevé même dans le vert pour certains marchés notamment émergents. Visiblement les craintes du début d’année se sont dissipées… du moins pour l’instant.

Tout cela, on le doit encore aux banquiers centraux. Ils ont su rassurer les marchés.

La BCE a renforcé son programme d’achats d’actifs et baissé ses taux. Et la Banque du Japon et la Fed ont été suffisamment prudents dans leur communication pour redonner un peu de visibilité aux marchés.

Résultat, les actifs les plus volatils : dollar, pétrole et actifs émergents se sont stabilisés. Voire ont rebondi.

Sur les taux, avec la baisse du stress financier, les rendements de la plupart des emprunts d’État à 10 ans des pays développés sont en légère hausse.

Côté devise, l’euro s’est renforcé face au dollar. Le pétrole a poursuivi son rebond. Il a repris près de 40 % depuis son point bas de janvier. Cela explique en bonne partie l’accalmie sur les marchés.
Enfin, l’or marque un peu le pas après sa belle envolée de début d’année.

Les perspectives économiques d'Amundi

En zone euro, la tendance reste encourageante. La production industrielle est bien orientée. L’emploi enregistre sa plus forte progression depuis 2008 et le climat des affaires se stabilise. Et, la BCE a baissé ses taux ce qui constitue aussi un élément de soutien pour l’économie et le système bancaire.

Aux États-Unis, la forte création d’emplois continue de surprendre positivement. Le secteur industriel se stabilise. Sans doute, grâce à la baisse du dollar qui redonne un peu d’air aux entreprises. La consommation et l’immobilier vont mieux et ça c’est bon pour la croissance US. Du reste, on le voit dans les chiffres. Avec notamment la révision en hausse du PIB pour le 4e trimestre 2015.

Côté chinois, c’est plus mitigé. Mais, nous continuons à penser que l’économie chinoise va réussir sa lente mutation notamment grâce à toutes les mesures prises par le gouvernement ces derniers mois.

Au Japon, la croissance du 4e trimestre 2015 a été légèrement revue en hausse. Mais reste en territoire négatif. L’économie est pénalisée par le ralentissement chinois.

Au final, on pense toujours que la croissance mondiale va s’établir autour de 3 % cette année. Elle peut compter pour cela sur le soutien des grandes banques centrales. Mais tous les risques n’ont pas disparu. Il faudra rester vigilant et réactif car la volatilité n’a pas dit son dernier mot.

Les choix d’investissement

Pour l’instant, on garde nos positions sur les actifs risqués et notamment en zone euro. Le rebond de ces dernières semaines nous conforte dans l’idée que je vous faisais partager les mois derniers à savoir qu’on était en pleine exagération.

En pratique, on a profité du rebond des actions européennes pour en arbitrer une partie en faveur des actions américaines. Le discours prudent de la FED maintient, en effet, le dollar bas, ce qui fait monter les actions.

De même, on revient doucement sur les actions émergentes. Rebond du pétrole et des devises émergentes ; baisse du dollar. Tout cela, c’est bon pour les actifs émergents qui - en plus - ne sont pas trop chers.

Côté obligataire, nous avons vendu une partie des obligations publiques américaines au profit d’obligations d’entreprises US. Le crédit américain devrait reprendre des couleurs avec la hausse du pétrole.

Et, on garde tous les segments offrant de bons rendements : obligations d’État des pays périphériques zone euro et haut rendement européen.

Pensez à respecter les règles d’or qui défilent en bas de l’écran.