A lire dans la même thématique

Quel est le mobilier obligatoire pour une location meublée ?

Vous envisagez de louer un logement meublé ? Soyez donc très attentif au mobilier que vous devez mettre à la disposition de votre locataire.

Au moment d’emprunter, la banque va vous demander de souscrire une assurance décès-invalidité. Faites le bon choix !

L’établissement conditionne toujours l’octroi d’un prêt immobilier à la souscription d’une assurance décès-invalidité. Pour lui, c’est la garantie qu’en cas de disparition, d’accident ou de maladie avant la fin du crédit, il sera remboursé du capital qu’il vous prête. Pour vous, c’est également une précaution indispensable. Vous et vos proches seront protégés si un tel risque venait à se produire. Dans le cadre de cette assurance, vous disposez de deux solutions. La première consiste à souscrire le contrat « groupe » que la banque ne manquera sans doute pas de vous proposer. Il est généralement basé sur une mutualisation du risque. Que vous soyez jeune ou plus âgé, la prime sera identique. Selon les établissements, elle varie entre 0,35 et 0,50 % du capital emprunté.

Un contrat individuel                       

Seconde solution, souscrire un contrat individuel auprès de la compagnie de votre choix. Dans ce cas, la banque prêteuse devra vous fournir la liste des garanties qu’elle impose pour accepter votre propre assurance. Et si vous les respectez bien, elle ne pourra pas refuser votre contrat. Cette solution est souvent plus économique, notamment pour les emprunteurs de moins de 40 ans qui peuvent bénéficier de tarifs très attractifs (de 0,10 % à 0,30 % du capital emprunté). Mais faites jouer la concurrence et vérifiez que la prime sera fixe (c’est le cas chez BforBank) et non évolutive au fil des ans.

 

Crédit photo : Eva Katalin Kondoros