A lire dans la même thématique

Location meublée saisonnière : des règles renforcées

Vous disposez d’un bien que vous aimeriez louer en meublé saisonnier ? Pourquoi pas. À condition de respecter les nouvelles règles.

Vous n’êtes pas satisfait de votre syndic de copropriété ? Vous voulez en changer ? Quels sont les critères à prendre en compte ?

06 septembre 2017

La Rédaction

Vous estimez que votre syndic n’est pas assez présent dans votre immeuble ou que ses honoraires sont trop élevés ? Sachez que la loi ALUR du 24 mars 2014, oblige le conseil syndical à mettre en concurrence son syndic tous les trois ans. Une bonne occasion pour faire le point sur ce que vous attendez de lui.

Etablissez donc un récapitulatif des caractéristiques de votre copropriété : nombre de lots, locaux communs, gardien, équipements (ascenseur, chaufferie…), espaces verts, montant du budget prévisionnel, impayés… Mettez aussi sur le papier vos exigences : nombre de visites de l’immeuble, déroulement des assemblées générales… Faites ensuite appel à différents syndics et mettez leurs tarifs en concurrence. Ils doivent vous fournir un contrat type incluant toutes les charges courantes dans leur forfait annuel (visites, tenue des assemblées générales, comptabilité, compte bancaire séparé, archivage, extranet, immatriculation, fiche synthétique de la copropriété…).

Un courtier en syndic

Seules quelques tâches peuvent être facturées en plus : assemblées extraordinaires, visites supplémentaires.... Si vous trouvez la tâche trop fastidieuse, faites appel à un courtier en syndic qui se chargera de faire le tri à votre place. Le changement de syndic doit faire l’objet d’une décision en assemblée générale à la majorité de l’article 25 (voix de tous les copropriétaires présents ou absents) ou de l’article 24 (si la décision avait recueilli au cours du premier vote au moins un tiers des voix de tous les copropriétaires).