A lire dans la même thématique

Quand le LDDS va-t-il -enfin- devenir solidaire ?

La mise en œuvre du volet solidaire du livret de développement durable n’aura finalement lieu que le 1er octobre 2020.

Que vous soyez vendeur ou futur acquéreur, le choix de l’agence immobilière peut s’avérer stratégique. Voici trois points clés à vérifier avant de se décider.

Un Français sur quatre ayant mené un projet immobilier au cours de ces cinq dernières années a consulté les avis clients avant de choisir son agence immobilière1. Mais le bouche-à-oreille ne fait pas tout, il faut aussi s’appuyer sur des critères objectifs. En voici trois.

1. La proximité de l’agence par rapport au logement

Choisir une agence dans son quartier permet de s’appuyer sur un professionnel disposant d’une bonne connaissance du marché local.

Un avantage non négligeable, en particulier si vous êtes vendeur. L’agent immobilier sera davantage susceptible de fixer le prix par rapport aux dernières ventes qu’il a réalisées, d’identifier les avantages comparatifs de votre bien (présence d’un extérieur ou d’un stationnement, par exemple) par rapport à la concurrence, mais aussi de vous renseigner sur la demande locale. La proximité géographique se révèle également un atout lors des visites, qui pourront se faire plus facilement (avec la perspective de vendre plus rapidement).

Si vous êtes acheteur et que vous recherchez un certain type de bien dans un périmètre géographique restreint, faire appel à une agence locale peut aussi accélérer les recherches.

Bon à savoir

Il existe aussi des agences immobilières virtuelles et/ou en ligne. Ces dernières ne sont pourtant pas nécessairement éloignées du terrain car le conseiller affilié à tel ou tel réseau peut être votre voisin, qui exerce en indépendant !

2. La qualité de l’accueil et de l’information

Pousser la porte de plusieurs agences du coin permet de jauger la qualité d’accueil. Certains agents immobiliers prennent plus à cœur que d’autres leur rôle de conseil. C’est à la fois une question de personnalité, de formation et d’expérience.

Lors du premier rendez-vous, plusieurs indices peuvent vous mettre la puce à l’oreille : l’agence vous a-t-elle communiqué la liste des documents à réunir, que vous soyez vendeur (diagnostics immobiliers, procès-verbaux d’assemblée générale, appels de charges…) ou acheteur (lettre de confort de la banque attestant de la capacité d’emprunt…) ? Vous a-t-elle proposé une présentation de références de biens qu’elle a vendus dernièrement dans le secteur ? Vous a-t-elle expliqué le déroulement des prochaines étapes (nombre de rendez-vous, mode de contact…) ?

3. La visibilité de l’annonce

Si vous êtes vendeur, vous pouvez demander à l’agence immobilière par quels moyens elle compte diffuser votre annonce, au-delà de la mise en vitrine. Sur quels sites internet ou supports de diffusion (journal local…) envisage-t-elle de publier votre annonce ? Dispose-t-elle d’une liste d’acheteurs potentiels à qui elle projette de proposer votre bien ?

Lorsqu’il s’agit de choisir son agence immobilière, il n’y a pas de mauvais choix. Simplement des attentes qui peuvent être ou non satisfaites. C’est pourquoi, avant de se lancer, il est souvent utile de faire le point sur ce qu’on recherche (accompagnement, achat-revente…). De plus, vous pouvez opter pour un mandat simple qui, contrairement au mandat exclusif, vous permet de faire référencer votre bien dans plusieurs agences.

1 2020 BFM Immo

Crédit photo : Getty images