A lire dans la même thématique

DSP2 : une sécurité renforcée pour vos opérations bancaires en ligne

En quoi consiste l’authentification forte exigée par la DSP2 ? Quel impact concret aura-t-elle pour les clients BforBank ? Décryptage.

Avec des taux immobilier toujours plus bas, comment ne pas s’interroger sur les prêts longue durée ou sur la renégociation de son crédit immobilier ? Tour d’horizon des opportunités.

Les taux immobiliers ne cessent de chuter sur tout le territoire. En ce début de deuxième trimestre 2019, la période semble ainsi parfaite pour concrétiser un projet immobilier ou revoir son crédit en cours. Ainsi, selon le Baromètre des taux d’Empruntis, au 4 juin, le taux moyen national hors assurance se situe à 0,95 % sur 20 ans, à 1,55 % sur 25 ans et… à 1,80 % sur 30 ans ! Car le crédit longue durée est de retour dans certains établissements bancaires. Un élément primordial à prendre en compte dans l’acte d’achat, car ces crédits longs réduisent le montant des mensualités et permettent ainsi de lisser son acquisition dans le temps. Une occasion aussi d’augmenter son capital de départ pour acheter un bien dans une tranche de prix légèrement supérieure à celle initialement prévue. Sachez enfin que les taux varient selon les régions : face à la moyenne nationale de juin 2019, le taux à 25 ans descend à 1,55 % en Rhône-Alpes et remonte à 1,60 % en Méditerranée.

Renégocier son crédit immobilier, oui mais prudemment

Vous êtes déjà propriétaire et avez souscrit un emprunt il y a quelques années ? Il est peut-être temps de renégocier votre prêt immobilier. Il convient de prendre en compte le temps restant de votre crédit immobilier en cours et la différence de taux entre ce dernier et celui proposé. Lancez-vous si vous êtes situés autour du premier tiers du remboursement de votre capital, et si l’écart de taux entre votre crédit actuel et celui renégocié est au minimum de 0,8 points. Contactez votre établissement bancaire pour profiter des taux actuels en cours dans votre banque, ou renseignez-vous auprès de la concurrence pour souscrire un nouvel emprunt (attention dans ce cas aux conditions de rachat et aux pénalités imposées). Cette renégociation de crédit peut être aussi l’occasion d’adopter un nouvel échéancier afin de réduire ou augmenter ses mensualités et/ou la durée de son crédit. Pensez également au taux de l’assurance de votre prêt immobilier, dont le montant peut prendre une part importante dans le coût global. La loi Lagarde de 2010 permet aux emprunteurs de souscrire une assurance autre que celle proposée par la banque. De même, depuis juillet 2017, la loi Hamon permet de changer d’assurance de crédit immobilier au cours de la première année de souscription.

Crédit photo : Getty Images